AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

pensez à référencer vos personnages dans le repertori.
Cela vaut également pour les scénarios et préliens que vous créez, ne les oubliez pas!


merci de privilégier les personnages studiosi !


Partagez | 
 

 lécher ta peau sale, même si c'est banal + coco

Aller en bas 
AuteurMessage
Coco Cartelier
Amministratore
avatar
Messages : 547
Pseudo : solosands + aude
Avatar : Timothée Chalamet + mittwoch
Occupation : Il est agent d'entretien à l'hôtel Orizzonte
Notes : RP EN COURS :
BALTAZAR II | OLGA | JANUS | ANNIBALE | ANGELO XI | NOOR II

RP TERMINES :
ANGELO I | ANGELO II | ANGELO III |
NOOR & SILVIA | ANGELO IV | BALTAZAR I | ANGELO V | SILVIA | ANGELO VI | ANGELO VII | ANGELO VIII | ANNIBALE | ANGELO IX | ANGELO X


MessageSujet: lécher ta peau sale, même si c'est banal + coco   Jeu 12 Avr - 0:25


CREDIT. Artsyyyaf


Je t'imagine quand tu m'adores.


AGE — Il a oublié quel âge il avait il y a bien longtemps. S'il calcule, il doit avoir ni plus, ni moins que 23 ans. DATE ET LIEU DE NAISSANCE — Il est né à Strasbourg, en France, le 15 Juillet 1994. Il est un peu mal né. Il a failli redoubler, à peu près chaque année. Il n'en a pas honte, il aime bien ses failles. NATIONALITÉ — Son sang n'est que d'une origine : française. Il n'a pas mis les pieds en France depuis bietôt six ans, et il mentirait s'il disait que la patrie des droits de l'Homme ne lui manquait pas cruellement. ÉTAT CIVIL — Coco n'a jamais été en couple, il ne sera jamais. Il est fermement opposé à la monogamie. OCCUPATION — il est agent d'entretien à l'auberge aurora depuis maintenant deux mois. Il a eu la chance de trouver un travail rapidement, avec la recrudescence des étrangers, chercheurs et fouilleurs à Malcesine. Il n'aime pas particulièrement ça, mais il ne déteste pas non plus. Il n'est pas contraint de parler italien, il peut écouter sa musique en travaillant, il peut danser entre les lits et les tables de chevets. Il peut travailler le soir, ou le matin, jamais les deux, il a le temps de dormir. COMMUNAUTÉ(S) — (optionnel) GROUPE — stranieri MOOD BOARD — clique.

cose su di me.

QUALITÉS — ▹Coco est charmant.  Coco est charmeur. Il sait vous faire l'aimer, il sait quoi dire, quoi faire, comment sourire. Bien sûr, ça ne plait pas à tout le monde, il n'est pas invincible. Bien sûr, tout le monde ne peut pas l'aimer. Mais il sait pas, naturellement, il charme, comme un serpent, sans être méchant. ▹Coco s'adapte facilement à son environnement. C'est une sorte de caméléon, il sait trouver les failles, s'y insérer, s'y faire une place. Il sait prendre la tête des choses si besoin, il sait s'effacer face aux personnalités exacerbées. ▹Coco est calme. Non pas que ce soit vraiment de son choix, mais il ne s'énerve pas. Il est facile à vivre, il ne fait pas d'embrouille, il a appris à se laisser porter, il a appris à vivre légèrement, sans se prendre la tête. ▹Coco est sociable. Il n'a pas besoin d'alcool ou de weed, il part du principe que tout le monde peut être son ami, tant qu'il est amical. Cette manière de voir les choses lui a apporté bien des ennuis, mais surtout beaucoup d'opportunités et d'amitié.DÉFAUTS — ▹Coco est complètement largué la moitié du temps. Il est tête en l'air, ne fait pas attention à ses affaires (il a perdu trois portables et en a cassé huit), ne fait pas vraiment aux gens autour de lui non plus. ▹Coco ne fait pas confiance. Alors oui, il est amical, il peut se faire des amis partout, pour autant, aussi étonnant que cela puisse paraître, il n'accorde ni sa confiance ni son coeur. ▹Coco, s'il aime les gens, est profondément solitaire.Cela peut paraitre paradoxal, vu son côté sociable, pour autant il sait qu'il sera toujours plus heureux seul. ▹Coco est docile, ce qui est véritablement problématique dans son cas. Il ne sait pas s'imposer, il ne sait pas faire valoir ses intérêts, et au contraire, il laisse passer les autres avant lui. De même, il ne sait pas dire non lorsqu'il devrait. PASSIONS — La grande passion de Coco est la musique retro new wave. Ce merveilleux genre musical désespérément nostalgique des années 80, des synthé kitch, des beat profonds et lourds, et de la vibe épique qui a disparu de nos jours. La retro new wave veut faire revivre cette ambiance des années 80, avec un petit truc en plus un peu indescriptible, sans doute moderne, des années 2010. Il n'écoute presque que ça, se fait des films dessus, et s'il existait un magazine "hebdo retro new wave", il serait le premier abonné. D'autre part, il aime la nature et le jardinage (à moindre échelle toutefois).SAISON PRÉFÉRÉE — Sa saison préférée est sans contexte le printemps. Il aime la douceur qui s'en dégage, l'impression de langueur calme. Il aime la chaleur claire, la fraîcheur de la pluie, et le vent surtout, quand il s'engouffre dans ses cheveux. FRUIT PRÉFÉRÉ— Il aime les pommes, mais pas n'importe lesquelles, surtout les Fuji, qui viennent du Japon et qui coûtent un bras (mais qui sont sucrées à en rêver) et les Pink Lady. Somme toute, il aime les pommes sucrées, et les Granny Smith, très peu pour lui.LIEU FAVORI — Pendant très longtemps, il n'avait honnêtement aucun lieu favori. Il était sans domicile fixe de ses 17 ans à il y a deux mois. Il ne peut pas parler d'un lieu favori, il était tout le temps à droite ou à gauche. Puis, il est arrivé à Malcesine, il est posé chez les Carvalo, depuis son endroit favori est la serre de leur jardin. Serre un peu à l'abandon, mais belle comme une rose aux mille épines, et qu'il s'est donné pour but de retaper.RÉPUTATION A MALCESINE — A Malcesine, Coco bénéficie d'une bonne réputation, néanmoins assez discrète. C'est le nouvel agent d'entretien de l'hôtel, celui qui vit chez les Carvalo, et qui baragouine à peine trois mots d'italien. Il est toujours souriant, toujours charmant, personne ne lui veut du mal. AU VILLAGE DEPUIS — Il est arrivé au village en Mars 2018, il y a deux mois.

vivere in città.

Coco Cartelier n'a pas prévu d'aller à Malcesine, souvent c'es simplement Malcesine qui vient à vous. C'est le cas ce jour là. Il est dans un bus, qui s'arrête tout simplement dans cette petite bourgade du Nord de l'Italie. Il est passé à Florence, à Rome, à Vérone, maintenant il veut voir du pays. Il a simplement pensé qu'il s'arrêterait là où son regard se poserait.
Malcesine signori ! Malcesine ! Il regarde par la fenêtre.
La place centrale est belle, elle inspire confiance. C'est sans doute parce qu'aujourd'hui il fait beau, que le ciel est bleu sans nuage, que c'est une douce journée de Mars. Malcesine frappe, le frappe, l'éblouit. Il sourit, prend son sac à dos, et descend rapidement du bus.
Sur la place, la mairie trône à côté du musée d'histoire. Il est surprise qu'un si petit lieu puisse payer un musée. A la mairie, il demande si des habitants louent des chambre d'hôte, on lui répond que oui, quelques villageois de Malcesine louent des chambres, l'aide de mairie, qui parle un anglais bancal, lui tend alors une liste. Les noms n'évoquent rien, il en prend un au hasard, Angelo Carvalo. L'aide de mairie sourit. Il explique qu'il est sculpteur, que sa maison se trouve un peu en dehors du village, dans les hauteurs, qu'il habite une superbe maison, et qu'il est né à Malcesine. L'aide de mairie passe un coup de fil au sculpteur, il parle italien, et rapidement. Coco attend, tapote des doigts sur le comptoir. Derrière, il y a une vieille carte jaunie de la région, comme celle qu'il y avait dans son école, en France.
Il en a assez des hôtels, il est temps de retrouver un foyer.
L'aide de mairie sourit, dit que tout est arrangé, lui dessine un plan pour y aller, puis Coco le remercie chaudement, et prend son bagage.

Lorsqu'il arrive à la maison des Carvalo, il est essoufflé, il a des étoiles plein les yeux et il a chaud. Il pousse une petite barrière, il entend des pas, et un type qui ressort de la maison, avec un air d'ours, une barbe mal taillée. Il est très grand aussi, est, il faut l'avouer, assez beau. "Angelo Carvalo ?"

Quelque part, au milieu de l'Italie, il se dit qu'il a enfin trouvé un foyer en la présence de cette petite bâtisse retapée, et de ce grand sculpteur bourru.

dimmi la tua vitta.

PROLOGUE —
Christophe ...
Ce prénom n'irait à personne, et surtout pas à lui. Il ne lui va pas. Il voudrait s'effacer quand on l'appelle par ce nom affreux, emmerdant à en dormir debout, qui ne va qu'aux employés de bureaux et aux avocats commis d'office. Ce n'est pas un prénom de vainqueur, de conquérant, de beau parleur ou de charmant. C'est un prénom laid, qui ne va pas aux enfants, aux parents, aux grands-parents. Un prénom qui ne va à personne.
C'est ce qu'il pense.

Alors comment tu t'appelles ? Lui a demandé ce type, assis sur le lit. Il n'a pas pu voir plus loin que son pseudo.*
Christophe. Répond le pauvre ingénu, qui est définitivement perdu. Christophe, pire nom jamais donné, il le déteste, rien que de le dire, ça ne va pas.
Ça va pas du tout. C'est imprononçable par un allemand, t'arriveras jamais à te faire de contacts ici, trouve toi un surnom. Le type a allumé une clope. C'est certainement pas pour se donner de la prestance, il en a déjà beaucoup. Christophe boit ses paroles avec attention, il est subjugué.
Quel genre de surnom ?
Un surnom qui va avec ton prénom, j'sais pas ... Tu prends des lettres au pif, tu fais une anagramme, s'il te plait prend pas un nom de pornstar. Genre Derrick Bottoms. Ou genre Michael Star. Please no. Ca les fait rire tous les deux. Christophe réfléchit un instant, il passe sa main dans ses cheveux bouclés.
Christophe, c'est le nom de son grand-père, mort quelques jours avant sa naissance. C'était le héros de son père, à c'qu'il parait. De hautes attentes avec lesquelles vivre. Laisser son prénom, aussi affreux soit-il, c'est laisser définitivement ses parents. Il a dix-sept ans.
Coco tiens. Tu prends le C de Christophe, tu oublies le H, le R, le I, le S, le T, tu gars le O, tu vires le P, le H et le E. Et tu doubles. A ce compte là, autant s’appeler Chris. Mais il répète, deux fois. Coco ... Coco... Il fronce les sourcils. Coco. Il n'a pas totalement l'impression d'abandonner ses parents. Il n'a pas totalement l'intention de trahir sa famille et son nom.
Coco, ça me va.

A ce jour, il n'y a a que cet homme, dont il a oublié le nom, et ses parents qui savent quel est le prénom qu'a reçu Coco a sa naissance. Il l'a presque oublié.

MICHEL C'EST LE BRESIL —
C'est le bruit d'une porte qui s'ouvre, suivi de son nom, répété en boucle, qui le réveille. Il ouvre péniblement les yeux, comme à chaque fois. Il les referme aussitôt.
Ses paupières sont collées au béton armé. On le prend par l'épaule, et on le secoue. Il ouvre les yeux, voit un visage inconnu, paniqué, penché au dessus de lui. Il appuie sa main sur le matelas, pour prouver qu'il est encore en vie. Il entend encore son nom, puis de l'italien, puis de l'anglais. Péniblement, il s'assoit, il a la respiration cassée, lente et vibrante. Il ferme les yeux. Il va se rendormir, il en est certain. Non, non, non Coco te rendors pas.* Il a le coeur au bord du vide. Il le regarde, il tente désespérément de mettre un nom sur le visage de cet homme chez qui il crèche depuis maintenant deux jour. Il a des trous de mémoire, de vrais trous de mémoire. On lui a dit que ça pouvait arriver s'il ne prenait pas le traitement... Coco tu m'écoutes ? Il redresse le regard. Il hoche la tête. Non il n'écoute pas. P'tain mais qu'est-ce que t'as, tu squattes depuis trois jours, t'as dormi au moins quarante heures... Oui. Ca c'est pas impossible. Il hoche la tête de nouveau. Et là j'suis sûr que si tu fermes les yeux, tu vas te rendormir, c'est ça ? Coco réfléchit pas, il hoche la tête de nouveau. Ses paupières se ferment, il pourrait ne jamais les rouvrir. Le gars le prend par les épaules. Non, non Coco, reste avec moi. Il rouvre les yeux, il le regarde. Il n'a aucun nom qui s'affiche. Il est à peine sûr de l'avoir déjà vu quelque part. Lentement, avec toute la peine du monde, Coco demande : J'suis désolé, j'me souviens plus d'ton nom...
Dans son regard, le gars comprend tout de suite qu'il ne s'agit pas d'une moquerie ou de mauvaise volonté. Il fronce les sourcils.
Vincenzo. Coco tu t'souviens comment on s'est rencontrés ? Il hoche la tête. Sur Grindr, comme d'habitude. Il avait dit qu'il allait arrêter, il ne l'a pas fait. Vincenzo se lève, doucement, il l'appuie contre le mur, contre lequel est appuyé le lit. Il dit qu'il revient, qu'il va faire du café.
De toutes ses forces, Coco lutte. Il fixe un point, se force à ouvrir les yeux pour le fixer, encore et encore. Il est 19h33. Toute personne normale ne dort pas à cette heure-ci. Il pousse un soupir. Il est exténué. Rapidement, Vincenzo revient, avec deux tasses. Il en pose une sur la table de chevet, et tend l'autre à Coco, qui le remercie d'un sourire. Il prend une longue gorgée chaude. Il fait partie de ces rares malades qui n'est pas encore immunisé à la caféine.
Il faudra que tu repartes bientôt. Coco hoche la tête. Il est d'accord. Ca va aller ? Il reprend une gorge, acquiesce du regard. Il a l'habitude. Il boit, autant qu'il peut, il faut pas qu'il se rendorme encore. Il regarde l'inconnu encore. Il n'a de charmant que ses yeux verts, perçant. Sinon il n'est pas vraiment beau, il n'est pas laid non plus, il n'a rien d'extraordinaire. Coco se sait fixer, il sent venir la question. Qu'est-ce que tu as ? T'es malade ? Oui. T'es narcoleptique ? Oui.
C'est étrange, il n'en parle jamais. Vincenzo a soudainement l'air fasciné. Il comprend. D'où le sommeil encore, et encore, d'où les souvenirs perdus. Ca arrive à quelques malades d'avoir des pertes de mémoire chronique pendant les phases de sommeil intense. Coco a des cernes immenses sous les yeux.
Etrangement, Vincenzo lui inspire une confiance étrange et incroyable... Peut-être parce qu'il sait qu'il ne l'a rencontré que pour baiser, et ensuite profiter de son lit pendant trois jours. Peut-être parce qu'il sait qu'il ne le reverra jamais. Il sourit.
Tu veux toute l'histoire ? Il hoche la tête avec vigueur et intérêt. Coco baisse les yeux. Il ne le reverra jamais, raconter son histoire ne changera rien.


Je suis né en France, à Strasbourg. J'ai une soeur, mes parents se sont rencontrés dans un cours de Judo. Mon vrai nom, c'est Christophe Cartelier. Cartelier, tu sais sans doute pas ce que ça veut dire, c'est le nom d'un sculpteur du XVIIIème siècle. Il est enterré au cimetière du Père-Lachaise. C'est mon arrière-arrière-arrière-arrière-arrière grand père, ou quelque chose comme ça. Mes parents m'aiment énormément.
J'ai été diagnostiqué de la narcolepsie à 14 ans, quand je dormais en permanence en cours, que mes notes étaient en chute libre, et que même quand on essayait de me réveiller je me rendormais. Ca, ce que j'ai eu quand t'es rentré, et ce que j'avais en cours, c'est l'ivresse du sommeil. C'est un truc de narcoleptiques, c'est quand tu te réveilles, tu as vraiment vraiment physiquement besoin de te rendormir. Je sais pas si tu te rends compte, c'est pire que ton réveil qui sonne et toi qui dois te lever, c'est pire que juste tes yeux qui se ferment, c'est tes paupières qui se collent l'une à l'autre. C'est l'ivresse du sommeil, ça pourrit la vie.
Mes parents m'ont protégé contre tout, contre rien en fait, ils m'ont étouffé. Ils m'enfermaient dans une vie triste, c'était pas la mienne, pas celle que je voulais, j'étais triste. Très triste. Je suis parti de chez moi. Au début je voulais revenir, le lendemain, puis le mois suivant, l'année suivante. J'avais dix-sept ans quand je suis parti, j'ai vingt-trois ans maintenant, je suis toujours pas rentré. Mes parents savent que je suis en vie, mais pas où je suis. Je devrais leur dire un jour je pense.
Je suis parti sur la route, en Allemagne, je parle allemand. Je dormais un peu sous les ponts, avec des économies toute ridicules j'ai été das une auberge de jeunesse. Et, comme j'en avais marre de dormir dehors, j'ai décidé de tenter grindr. J'avais déjà couché avec un mec au lycée, c'était pas mal. Je me suis dit que ça valait le coup de tenter... Je me suis inscrit, sans grand espoir. J'ai eu 56 match en une soirée, je sais pas par quel miracle. J'ai choisi un gars au pif. L'arrangement était clair dans ma tête, on baisait chez lui, je dormais chez lui, et je repartais après avoir pris un petit dej. Je sais ce que tu te dis, c'est de la prostitution. Peut-être. Je m'en fiche, ça m'arrangeait, ça les arrangeait, on était tous consentants et tous contents.
Je n'ai jamais pris le temps d'avoir un logement. Tout s'est enchaîné très vite. J'ai eu des contacts réguliers à Berlin, je me suis fait des amis au fur et à mesure. J'ai enchaîné les match grindr pour ne pas être à la rue. Au début j'étais trop jeune pour avoir un appartement sans garant, puis j'ai tout simplement beaucoup voyagé, j'ai été chez beaucoup de gens, j'avais toujours des gars pour m'accueillir. J'étais jamais seul. Ni chez moi.
J'ai trouvé un taffe de serveur dans une boite gay de luxe, j'ai caché et mon prénom et mon âge. Ils savaient bien que j'étais pas majeur, mais je crois que je leur ai plu, et c'est passé. J'ai passé 2 ans à travailler là-bas, je crois qu'au bout d'un moment des clients venaient pour moi. Enfin c'est vrai, ils me le disaient, mais ça me gêne un peu de voir les choses sous cet angle.
Un soir, un gars m'a demandé combien je prenais pour la nuit. J'ai balancé un chiffre au piffe, 670. Je m'en souviens assez bien. Il a dit qu'il me donnait rendez-vous à la fin de mon service.
Jusqu'ici, effectivement, je baisais pour un toit. A partir de là, je baisais pour de l'argent. Au bout d'un moment, le mot est passé dans le cercle de ce type, j'ai eu beaucoup de client d'un coup. Je suis devenu escort, c'était plus facile pour gérer la narcolepsie. Je dormais la journée, le soir j'allais travailler. On me payait plusieurs milliers pour que je passe une soirée au resto puis au lit, pour que je passe une semaine de voyage d'affaire à Tokyo, Seattle, Londres, Cape Town ou Sidney. C'était vraiment la putain de belle vie. J'étais invité avec mon client, parfois ma cliente, dans des resto hors de prix, dans des hôtels cinq étoiles, dans des tours d'immeubles qui grattaient littéralement le ciel. A Dubai, j'ai été en haut de la plus haute tour du monde, tu sais la Burj Khalifa. Ca c'était dingue. C'était vraiment bien, j'ai été partout, j'ai vu plein de choses. J'ai fait beaucoup plus ce que ce que j'aurais pu, à mon âge, en étant resté à Strasbourg.
Je sais ce que tu penses. Tu penses que je suis une pute, que je me respecte pas, que j'ai pas d'honneur, que je fais n'importe quoi, que je devrais avoir honte de vendre mon corps. Mais j'vois pas les choses comme ça. J'ai jamais accepté un client qui ne m'inspirait pas confiance, tout ce que j'ai fait, c'était entre adulte consentants, et c'était pour gagner ma vie. Certains gagnent leur vie en se faisant 7€ par heure pendant 45 ans. Moi je me suis fait 500 par heure pendant 4 ans, et j'ai gagné plus qu'eux en toute une vie. Et je l'ai fait sans me parjurer, en faisant quelque chose que j'aime, en m'amusant, en voyageant.

Te justifie pas...

Il faut toujours que je me justifie de ce que je faisais tu sais. C'est toujours pareil, les gens ne comprennent pas le métier d'escort, ils me réduisent à une pute. J'étais une pute ouai, une pute de luxe, une pute qui devait faire la conversation, qui devait faire rire, qui devait divertir, qui devait faire jouir, qui devait parler tout le temps, ou rester silencieux pendant des semaines. C'était un travail. Un vrai travail comme un autre.

Te justifie pas, je comprends.

Il regarde Vincenzo. Il se sent bête, de parler autant, de se justifier autant. Il a si peur qu'on le juge désormais. Il a pas envie que son ancien mode de vie lui porte préjudice. L'argent, il n'aime pas ça tant que ça en fait. C'était pas l'argent qui l'attrayait en réalité. C'était les voyages surtout. L'impression de tout découvrir du monde, de tout découvrir de lui, de sa sexualité et de celle du monde autour.
Il n'a pas envie de finir l'histoire. Elle se conclut lourdement, sans finesse. Il n'explique pas que la narcolepsie est de pire en pire, qu'un jour au restaurant, avec un client, il s'endort dans les toilettes, que les clients sont de plus en plus nombreux, mais qu'il a de moins en moins envie. Il en a assez, il déménage de Berlin, il va à Rome et postule à une agence d'escort, qui le recrute. Pendant six mois, il galère, il ne trouve aucun client avec qui il accroche, il ne parle pas italien. Avec son argent en poche, il décide de faire un road trip en Italie.

Le voila parti depuis deux mois.
Et, sans toit, il se réinscrit sur grindr, match un gars, un Vincenzo, qui n'est pas très beau mais qui a une tête de confident, et de galant amant qui l'accueillera, le temps de dormir un peu.



▹Coco parle trois langues : Le français, l'anglais et l'allemand. Il bafouille à peine l'italien. ▹ Coco est narcoleptique, il a besoin de dormir énormément, peut s'endormir n'importe où, n'importe quand, a des trous de mémoires fréquents, et souffre d'ivresse du sommeil. ▹ Coco était escort de luxe entre ses 18 et ses 23 ans. ▹ Coco est quelqu'un de très facile à vivre, qui n'a pas honte de son passé. ▹ Coco a tout essayé dans la vie, il est vieux avant d'avoir trente ans, et il est à Malcesine pour se reposer. ▹ Coco n'a jamais eu de sentiments amoureux pour qui que ce soit. ▹Coco adore les spaghettis bolognaises. ▹ Coco adore le jardinage, la lecture et la musique. ▹ Coco rêvait d'avoir un jumeau. ▹ Coco est un médiateur dans l'âme qui hait les conflits. ▹ Coco aime les voyages, découvrir le monde et danser. ▹ Coco a perdu le compte du nombre d'hommes et de femmes avec qui il a couché pour son travail ou pour dormir le soir. Le nombre doit frôler les 150.



*tous les dialogues sont prononcés en anglais

dietro lo schermo.

PSEUDO/PRÉNOM — solosands, aude, audor pour les intimes What a Face
PRÉSENTATION PERSONNELLE — HOLA QUE TAL What a Face j'ai 20 ans, je fais des études d'histoire de l'art qui me prennent bcp de temps, j'aime le cinéma, surtout celui de denis villeneuve, de danny boyle et de wes anderson What a Face sinon j'habite paris et je suis gentille What a Face
FRÉQUENCE DE CONNEXION — en période de révision (jusqu'à mi mai à peu près), une fois tous les deux jours, sinon une fois par jour What a Face
AVATAR — timothée chalamet (mais ça, vous le saviez What a Face )
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? — MAAAARIKOOOO What a Face
MOT DE LA FIN — il fait beau ici, ça donne envie de se poser au soleil


Dernière édition par Coco Cartelier le Mer 30 Mai - 21:00, édité 17 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angelo Carvalo

avatar
Messages : 361
Pseudo : --
Avatar : huisman + flamingo.
Occupation : tailleur de pierre - tenancier d'une petite chambre d'hôte, déjà occupée cependant.
Notes :

j'aimerais bien parler doucement, tout doucement, afin que tu sois obligé de venir tout près de moi, et je parlerais dans une langue qui te semblerait étrangère, ou peut-être uniquement sous forme d'images, et tu n'aurais rien à identifier, car je serais là et ça te suffirait.



MessageSujet: Re: lécher ta peau sale, même si c'est banal + coco   Jeu 12 Avr - 0:28

gentille ça reste à voir.
ça va être beau, ça va être bien, ça va être de l'art pour changer et j'ai horriblement hâte de te lire


Dernière édition par Angelo Carvalo le Jeu 12 Avr - 0:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eusebio Bataglia
Amministratore
avatar
Messages : 982
Pseudo : appo
Avatar : jon kortajarena + lux aeterna
Occupation : charpentier de marine.
Notes : sujets en cours -
NOOR l SIMONE l OLIMPIA l LOLA

MessageSujet: Re: lécher ta peau sale, même si c'est banal + coco   Jeu 12 Avr - 0:29

HE BIENVENUE TOI

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noor Cresta
Amministratore
avatar
Messages : 1418
Pseudo : mariko
Avatar : margot robbie ~ lolitaes (avatar), emmawatsona (signature), bonjour tristesse, françoise sagan (citation).
Occupation : vacancière, oisive, ou tout autre mot qui veut dire qu'elle ne fait rien de son temps, sinon tourner en rond, ennuyant les autres, et s'ennuyant elle-même au passage.
Notes :

MessageSujet: Re: lécher ta peau sale, même si c'est banal + coco   Jeu 12 Avr - 10:48

AUDE PETIT CHAT DES BOIS I love you

_________________

Elle portait une robe grise, d'un gris extraordinaire, presque blanc, où la lumière s'accrochait, comme, à l'aube, certaines teintes de la mer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: lécher ta peau sale, même si c'est banal + coco   Jeu 12 Avr - 10:51

une parisienne, c'est les meilleures  
welcome avec ce chouette bébé, j'ai hâte de le voir à l'oeuvre  
Revenir en haut Aller en bas
Paola Valentini
Amministratore
avatar
Messages : 241
Pseudo : patchulea ~ léa
Avatar : jenna-louise c. (mine)
Occupation : propriétaire et gérante de l'auberge Aurora
Notes : uc

MessageSujet: Re: lécher ta peau sale, même si c'est banal + coco   Jeu 12 Avr - 11:11

VOUS ICI?
Je connais déjà les grandes lignes de ton personnages grâce à Mariko, mais j'ai bien trop hâte de me plonger dans la lecture de ta fiche (Strasbourg rpz)

MAINTENANT RETOURNE RÉVISER

_________________

in your breast, i carry the form, the heart of the earth, and the weapons of warmth _
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angelo Carvalo

avatar
Messages : 361
Pseudo : --
Avatar : huisman + flamingo.
Occupation : tailleur de pierre - tenancier d'une petite chambre d'hôte, déjà occupée cependant.
Notes :

j'aimerais bien parler doucement, tout doucement, afin que tu sois obligé de venir tout près de moi, et je parlerais dans une langue qui te semblerait étrangère, ou peut-être uniquement sous forme d'images, et tu n'aurais rien à identifier, car je serais là et ça te suffirait.



MessageSujet: Re: lécher ta peau sale, même si c'est banal + coco   Jeu 12 Avr - 11:30

@Paola Valentini a écrit:
(Strasbourg rpz)

(t'inquiètes j'lui ai vendu strasbourg)
(genre " c'est à côté de l'allemagne c'est cool ")
(elle a plongé dedans)
( )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coco Cartelier
Amministratore
avatar
Messages : 547
Pseudo : solosands + aude
Avatar : Timothée Chalamet + mittwoch
Occupation : Il est agent d'entretien à l'hôtel Orizzonte
Notes : RP EN COURS :
BALTAZAR II | OLGA | JANUS | ANNIBALE | ANGELO XI | NOOR II

RP TERMINES :
ANGELO I | ANGELO II | ANGELO III |
NOOR & SILVIA | ANGELO IV | BALTAZAR I | ANGELO V | SILVIA | ANGELO VI | ANGELO VII | ANGELO VIII | ANNIBALE | ANGELO IX | ANGELO X


MessageSujet: Re: lécher ta peau sale, même si c'est banal + coco   Jeu 12 Avr - 15:23

waouw comment vous êtes les meilleurs

angelo : ça va être de l'art pour changer mais on verra bien va

eusebio, noor : coucou vous jvous ai fait attendre i know (lolno)

francesca : oh merci

paola : les info circulent à ce que je vois What a Face c'est bien va (et merci )


_________________

seal me with a kiss. J'connais qu'le bruit d'la pluie, l'odeur du béton mouillé. Si j'suis parti, c'est parce que j'avais peur de rouiller.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angelo Carvalo

avatar
Messages : 361
Pseudo : --
Avatar : huisman + flamingo.
Occupation : tailleur de pierre - tenancier d'une petite chambre d'hôte, déjà occupée cependant.
Notes :

j'aimerais bien parler doucement, tout doucement, afin que tu sois obligé de venir tout près de moi, et je parlerais dans une langue qui te semblerait étrangère, ou peut-être uniquement sous forme d'images, et tu n'aurais rien à identifier, car je serais là et ça te suffirait.



MessageSujet: Re: lécher ta peau sale, même si c'est banal + coco   Jeu 12 Avr - 15:24

excuse de dire le vrai madame, que tes fiches sont divines et que je meurs déjà.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Baltazar Salerno

avatar
Messages : 221
Pseudo : chosen.one.
Avatar : a. hammer / tenesse (avatar) & skate vibe (icons).
Occupation : à la tête d'une entreprise spécialisée dans l'importation et l'exposition d'oeuvres d'art.
Notes : RPS EN COURS


MessageSujet: Re: lécher ta peau sale, même si c'est banal + coco   Ven 13 Avr - 14:30

je stalke ta fiche depuis hier
je suis déjà fan de ton perso'.
je me réjouis de rp

_________________

i don't wanna touch you.. i don't wanna be just anther ex-love. i don't wanna miss you like the other guys do. i don't wanna hurt you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eusebio Bataglia
Amministratore
avatar
Messages : 982
Pseudo : appo
Avatar : jon kortajarena + lux aeterna
Occupation : charpentier de marine.
Notes : sujets en cours -
NOOR l SIMONE l OLIMPIA l LOLA

MessageSujet: Re: lécher ta peau sale, même si c'est banal + coco   Ven 13 Avr - 20:18

trop cool le petit Coco, vraiment, j'ai hâte de le voir en action, c'est difficile de ne pas éprouver de tendresse pour lui.

je te valide donc avec plaisir ! et vivement tes premiers rps.

les liens utiles :
— Une fois validé-e, tu pourras ouvrir ta fiche de liens te permettant de te créer des relations avec les habitants de Malcesine.
— Pense aussi aux Repertori, dans lequel il faudra éventuellement (selon ton personnage) te faire référencer. Les scénarios et pré-liens devront aussi y être répertoriés ! Note qu'il est possible de créer de nouveaux repertori si besoin.
— Enfin, tu peux compléter ton profil avec différents champs (occupation, humeur) et avec les liens vers ta fiche de liens et de présentation.
— Evidemment, nous t'attendons également dans le flood !
Bienvenue parmi nous

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Janus Penrose

avatar
Messages : 149
Pseudo : Reid
Avatar : Adrien Sahores (rastamachine)
Occupation : En dernière année de lycée. Tu passes pourtant la plupart de tes nuits à courir les sites archéologiques, pour dessiner les statues endormies.
Notes :
RPS EN COURS
la lune s'élève (Achille)
sommeil éternel (Calderon)
pleine lune (Annibale)
dans mon coeur un bout d'papier (Coco)
les yeux revolver (Baltazar)




MessageSujet: Re: lécher ta peau sale, même si c'est banal + coco   Ven 13 Avr - 20:34

Oh mais j'avais pas vu toi !
Bienvenue par ici super perso

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: lécher ta peau sale, même si c'est banal + coco   

Revenir en haut Aller en bas
 
lécher ta peau sale, même si c'est banal + coco
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» toci
» Mort d'un jeune journaliste/Adieu Bien-Cher, adieu mon ami
» La Suisse 'coffre-fort' pour argent sale, un cliché dépassé
» Petit décor rapide pour pas cher.
» La Peau et le Froid

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TESOROS :: La storia :: Prezentazioni :: Buongiorno-
Sauter vers: