AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

pensez à référencer vos personnages dans le repertori.
Cela vaut également pour les scénarios et préliens que vous créez, ne les oubliez pas!


merci de privilégier les personnages studiosi !


Partagez | 
 

 vague à l'âme. (achille)

Aller en bas 
AuteurMessage
Baltazar Salerno

avatar
Messages : 221
Pseudo : chosen.one.
Avatar : a. hammer / tenesse (avatar) & skate vibe (icons).
Occupation : à la tête d'une entreprise spécialisée dans l'importation et l'exposition d'oeuvres d'art.
Notes : RPS EN COURS


MessageSujet: vague à l'âme. (achille)   Mar 17 Avr - 11:14


after all these years.
Se laisser submerger peut parfois paraître la meilleure des réactions mais dans ton cas, c'est sans doute la pire chose que tu puisses faire. Laisser toutes ces émotions te rattraper et le livre de ton passé s'ouvrir à nouveau n'est pas exactement ce que tu avais espéré pour ces vacances bien méritées. Ta femme dort près de toi, tous les soirs, sans se douter un seul instant qu'il existe des parts d'ombres que tu résistes encore à lui confier. Vous n'êtes pas plus amants que vous l'étiez autrefois, pas plus amoureux non plus, tu crois. Vous avez simplement fait l'effort de remettre de l'ordre dans votre histoire pour ne plus vous brisez mutuellement. Tu as pris le parti de la rendre heureuse, laissant de côté ce que tu estimais être le tien. Aujourd'hui, pourtant, il te rattrape une fois encore. Cette fichue voix qui te rappelle que rien ne s'efface jamais vraiment. Tu te réveilles en nage, comme bien souvent ces temps-ci. Ta femme dort paisiblement, il est sans doute proche de minuit quand tu quittes le lit sur la pointe des pieds pour ne surtout pas la sortir de son sommeil réparateur. Dehors, le temps est encore chaud bien qu'un peu humide. Tu as besoin de respirer, sans doute également de penser à autre chose qu'à tout ce qu'il peut encore se cacher dans l'ombre de ton quotidien. Malcesine était accueillante, un véritable réconfort à l'époque. Aujourd'hui, tu as l'impression que le danger guette un peu partout. Alors tu prends ton vélo et suis la route jusqu'au port. Là-bas, c'est animé, exactement comme dans tes souvenirs. On parle fort, on rit, on joue aux cartes. Certaines personnes t'adressent de rapides signes de la main que tu leur renvoies en souriant gaiement. T'avais besoin de ça.. d'être ici, de respirer l'air marin tout en appréciant le bruit et le dynamisme portuaire. Tu marches un peu, tirant sur ta cigarette machinalement. Ton coeur bat trop fort dans ta poitrine. En levant les yeux au ciel, tu crois même y voir son prénom. Ton corps est marqué, il le sera à vie. Tu t'es juré de faire de ton mieux pour noyer vos souvenirs mais jamais personne n'enlèvera de ton coeur son putain de visage. Alors, à court d'arguments pour te convaincre que ton mariage est une réussite, tu t'installes à une table et commandes de quoi étouffer ton chagrin.. parfois, l'alcool est une fin en soit, la meilleure qui soit.


icons by solosands

_________________

i don't wanna touch you.. i don't wanna be just anther ex-love. i don't wanna miss you like the other guys do. i don't wanna hurt you.


Dernière édition par Baltazar Salerno le Ven 20 Avr - 15:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: vague à l'âme. (achille)   Mar 17 Avr - 15:34


une nouvelle dispute qui retentit entre les murs de la maison familiale, éclats de voix à en faire frémir les plus jeunes de la fratrie. parce que c’est comme ça, souvent entre les deux aînés. une relation violente, rythmée par l’éclat de leurs voix. à savoir qui hurlera le plus fort, qui aura le dernier mot. énième dispute qui s’ajoute à un palmarès alarmant. toi ça te saoules achille, plus que tout. bellone tu la supportes plus. mais tu fais semblant, un peu. pour venus, pour pluton, pour janus. pour la mamma, pour ne pas aggraver cet éclat presque craintif dans ses yeux, celui qui t’arraches une larme au coin de l’oeil, celle que tu balayes rapidement, avant qu’elle ne puisse la voir. manquerait plus que tu la fasses culpabiliser la mamma, comme si c’était sa faute si t’étais le raté de la famille. tu veux pas rester dans le domicile familial ce soir, tu supporterais pas d’être enfermé à nouveau. parce que c’est ça certains soirs, une prison. douce, remplie d’amour mais une prison. parce qu’elle est différente, tout a changé depuis ton départ, mais tu devais t’y attendre achille. le monde allait pas s’arrêter en même temps que ton départ, c’est un peu bête de penser ça, triste et douce utopie qui a hanté tes rêves, tes nuits. tu dévales les pentes de malcesine sur ta planche, le besoin de fuir tes problèmes familiaux pendant juste une soirée, au moins ça. tu t’adaptes difficilement à la vie, parce qu’ils ont refait la leur sans toi. bah ouais achille, t’avais pris quinze ans. qu’est-ce que tu croyais ? qu’ils allaient t’attendre, mettre leur vie en pause pour toi ? des larmes dévastatrices roulent sur tes joues, rage qui hante ton cœur. tu les laisses entamer une course violente sur tes joues à présent constellées de larmes salées qui perlent au coin de tes yeux sans que tu ne puisses y faire quoi que ce soit. et tu réfléchis pas où tu vas, t’as pas le courage. t’atterris au port, et ça t’arraches un sourire mélancolique. celui du gamin mal dans sa peau en cette triste soirée, souvenir gracieux de tes soirées adolescentes avec simone. tu descends de ta planche, tu la cales sous ton bras, comme t’as l’habitude de le faire. et t’essuies les larmes silencieuses de tes joues, aucun sanglot ne vient t’agiter achile. c’est presque paisible au final. t’allumes une cigarette, machinalement. besoin de sentir la nicotine infiltrer tes veines, polluer ton sang rouge et venir enfumer tes poumons encrassés depuis le temps que t’as commencé. parce que y a la nicotine, mais y a marie-jeanne de temps en temps. parce que les médicaments ils suffisent pas toujours. pendant cinq minutes, tu restes dehors. à tirer sur ta cigarette, avalant des goulées d’oxygène, l’impression de suffoquer. terrible sensation, pourtant tu t’y es habitué depuis le temps que ça dure achille. tu jettes ta clope d’un geste rageur, et tu rentres dans le bar, main qui trouve sa place dans tes cheveux bruns, habitude certaine, pour les replacer. trop longs tes cheveux, ça l’agace la mamma, mais toi ça t’fais plus rire qu’autre chose. tu rentres, salues du regard quelques gens que tu connais. désir tonitruant de t’enivrer, parce que l’alcool parfois c’est la meilleure des solutions. et tu le vois, comme un fantôme. ça faisait des années que tu l’avais pas vu, balt. et tu sais pas pourquoi, mais tu t’en approches. ton modèle quand t’étais encore qu’un môme. curiosité dévorante. t’arrives à sa table. et tu t’sens con. comme un étranger. "salut, je peux m’asseoir ?" murmure presque gêné, tu veux pas déranger. tu veux jamais déranger achille.


Dernière édition par Achille Penrose le Sam 28 Avr - 11:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Baltazar Salerno

avatar
Messages : 221
Pseudo : chosen.one.
Avatar : a. hammer / tenesse (avatar) & skate vibe (icons).
Occupation : à la tête d'une entreprise spécialisée dans l'importation et l'exposition d'oeuvres d'art.
Notes : RPS EN COURS


MessageSujet: Re: vague à l'âme. (achille)   Jeu 19 Avr - 10:45


after all these years.
Salut, je peux m’asseoir ? Les plus belles rencontres commencent toujours comme ça. Quand on s'y attend le moins, quand on n'y est pas préparé. Tu pourrais dire que tu es content de lever tes yeux sur lui mais quelque part, tu restes sur ta faim quand tu reconnais l'enfant derrière les traits précis de son visage. Le temps a fait son œuvre, comme partout. Vous avez changé. Tu as changé, sans doute le premier. A treize ans, tu nourrissais tant d'ambitions. La dernière fois que tu l'as vu, tu devais sans doute n'être à peine plus âgé que ça.. à discuter avec son cousin et d'autres amis, à leur faire croire que tu finirais par faire le tour du monde avec tes peintures et que tu deviendrais sans doute aussi célèbre que Michel Ange. Quelle belle ironie, quand tu y repenses. L'enfant que tu étais s'est noyé dans les obligations propres à ton statut et ton rang. L'Italie a toujours été source d'inspiration pour toi, au même titre que ta mère. Quant à l'Allemagne, tu n'en gardes qu'un sentiment âcre et amer d'oppression. La seconde guerre qui y a laissé des traces. Là-bas, on ne plaisante sans doute pas avec l'argent, encore moins l'avenir. Là-bas, on réfléchit toujours deux fois avant de prendre une décision. La chaleur italienne n'avait rien à envier au strict de l'Allemagne. Perdu dans tes propres racines, tu avais quitté tes amis la bouche en cœur en clamant haut et fort ce que tu rêvais de faire pour revenir, des années plus tard, la queue entre les jambes. Le temps a fait son œuvre, sur lui comme sur toi.  Achille ? Néanmoins, tu n'es pas sûr de toi, quand tu te lèves sur tes jambes pour l'observer de plus près. Tu crois retrouver certains traits, certaines caractéristiques. Sans être persuadé de lire dans son regard la même fougue que tu y lisais autrefois. Ce fichu temps, toujours.. il court, il court et parfois vous abandonne sur le côté de la course, à bout de souffle. Tu ajoutes Assieds toi, je t'en prie.. sans grandes convictions. T'as toujours été plus proche de son cousin que de lui, mais tu as toujours su qu'il était là, quelque part, à vous suivre et vous observer. Et s'il te demandait ce que tu étais devenu ? Tu lui répondrais sans doute que ton talent s'est étouffé en même temps que le ciel de Berlin s'est écroulé sur tes rêves.

icons by solosands

_________________

i don't wanna touch you.. i don't wanna be just anther ex-love. i don't wanna miss you like the other guys do. i don't wanna hurt you.


Dernière édition par Baltazar Salerno le Ven 20 Avr - 15:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: vague à l'âme. (achille)   Ven 20 Avr - 15:18


achille ? interrogation quant à ton identité, qui t'arraches un maigre sourire. c'est vrai que depuis la dernière fois que vous vous êtes vus, t'as changé achille. lui aussi, mais toujours ce même visage qui t'as permis de le reconnaître avec une quasi-certitude. assieds-toi, je t'en prie aucune conviction n'est perceptible dans la voix du garçon, et soudain tu es épris d'un léger vent de panique. et s'il attendait quelqu'un ? bah oui, pourquoi tu n'y as pas pensé plus tôt. il peut très bien attendre quelqu'un, après tout pourquoi quelqu'un de son statut viendrait boire seul dans un bar du port ? tu te poses bien la question. tu t'assois, doucement. de peur de casser quelque chose, presque. "si je dérange ou que t'attends quelqu'un y a aucun soucis, j'veux pas déranger. petite sourire d'excuse qui perle sur tes lèvres, incertitude totale quant à l'issue de cette question. tu te sens presque obligé de justifier ta présence. parce qu'après tout, quand il passait ses étés ici vous n'avez jamais été proches, ni même amis. il traînait avec angelo, il traînait avec simone. tu n'étais qu'un personnage de second plan, relégué au fond de la scène. mais à huit ans tu t'en fichais un peu, balt tu l'admirais. parce qu'il était plus grand, parce qu'il avait un talent que tu n'avais jamais su développer. "je t'ai vu et je me suis dis que je pourrais passer prendre des nouvelles ? plus une interrogation qu'une affirmation, aucune certitude ne tranche ta voix. justification pathétique, mais véridique. tu aimerais savoir ce qu'il est devenu, savoir si tu as une raison de continuer à nourrir cette pointe de jalousie envers l'homme qui se trouve de l'autre côté de la table, ou si c'est totalement infondé.


Dernière édition par Achille Penrose le Sam 28 Avr - 11:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Baltazar Salerno

avatar
Messages : 221
Pseudo : chosen.one.
Avatar : a. hammer / tenesse (avatar) & skate vibe (icons).
Occupation : à la tête d'une entreprise spécialisée dans l'importation et l'exposition d'oeuvres d'art.
Notes : RPS EN COURS


MessageSujet: Re: vague à l'âme. (achille)   Mar 24 Avr - 14:17


after all these years.
Tu ne le reconnais pas tout de suite, tout du moins, tu n'en es pas sûr. Il a changé, il est devenu un homme.. comme toi, finalement. Vous avez muri, mais tu as l'impression de n'avoir jamais vraiment grandi, pour ta part. Tu es resté figé à la douce époque de votre adolescence, parce qu'après ça, tu n'as jamais plus eu aucune emprise sur les décisions que tu prendrais. Du coup, le retrouver, ici, après tout ce temps, ça te réchauffe le coeur. Par politesse, tu l'invites à s'assoir. Par soucis d'éducation, tu te lèves même pour l'accompagner alors qu'il prend place. Stigmates d'une vie trop stricte, d'une enfance surprotégée et d'une vie d'adulte encore plus encadrée. Ton père est là, en toi, dans tes mots, dans tes gestes. Tu n'as jamais su quelle était la barrière entre l'homme que tu étais et celui qu'il pouvait voir. Finalement, tu t'es calqué sur lui pour te construire sans te rendre compte que ça irait à l'encontre de tes plus profondes convictions. L'homme qui te fait face, Achille, paraît, par contre, bien plus épanoui que tu ne le seras sans doute jamais. A contrario, tu es persuadé qu'il a réussi à mener sa barque comme il l'entendait sans que personne ne choisisse jamais pour lui. Si je dérange ou que t'attends quelqu'un y a aucun soucis, j'veux pas déranger. Tu regardes autour de vous.. donnes-tu l'impression d'attendre quelqu'un ? Tu secoues le visage vigoureusement. Non.. non, je n'attends personne. Tu réponds en souriant. A dire vrai, j'avais juste envie de m'éloigner un peu de la maison. Tu parles avec le coeur, comme tu l'as toujours fait. T'es pas un menteur, tu ne le seras sans doute jamais. Trop entier pour ça, t'es juste usurpateur. En possession d'une vie qui ne t'appartient finalement pas du tout. Je t'ai vu et je me suis dis que je pourrais passer prendre des nouvelles ? Tu souris en levant la main pour appeler le serveur. C'est très gentil à toi. Tu souris. Je t'offre un verre, veux-tu. Tu parles à ta manière un peu stricte et trop éduquée. En parfaite inadéquation avec le lieu et les fréquentations. Comment vas-tu Achille ? Tu lui demandes, en premier, rêvant secrètement qu'il ne s'intéressera pas plus que ça à la vie que tu mènes.. celle dont tu n'es et ne seras sans doute jamais assez fier.

icons by solosands

_________________

i don't wanna touch you.. i don't wanna be just anther ex-love. i don't wanna miss you like the other guys do. i don't wanna hurt you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: vague à l'âme. (achille)   

Revenir en haut Aller en bas
 
vague à l'âme. (achille)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petite excarpate [PV: Vague Hirondelle et Cannabis]
» Quand on est au creux de la vague...
» Vague de changements à Chicago
» Résultats: Vague 4 et reste de vague 1
» Présentation d'Achille Lupin [validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TESOROS :: Malcesine, Veneto, Italia :: Il Porto-
Sauter vers: