AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

pensez à référencer vos personnages dans le repertori.
Cela vaut également pour les scénarios et préliens que vous créez, ne les oubliez pas!


merci de privilégier les personnages studiosi !


Partagez | 
 

 (le sentiment intime de connaître le tableau)

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: (le sentiment intime de connaître le tableau)   Dim 22 Avr - 1:38


pvn-da@tumblr.

EMANUELE YEUNG
robs bank, gets away, tells everyone


AGE — trente-trois ans officiellement, toujours quinze mentalement. DATE ET LIEU DE NAISSANCE — réponse ici. NATIONALITÉ — italien, fils d'un immigré d'origine chinoise et d'une italienne. ÉTAT CIVIL — célibataire, semblant incapable de se poser OCCUPATION — co-propriétaire d'un établissement un peu atypique, à mi-chemin entre un salon de thé traditionnel et un café branché, reproduction presque parfaite du business monté à Naples avec son partenaire de toujours, même si les affaires sont nettement florrissantes aujourd'hui. COMMUNAUTÉ(S) — restaurateurs & services. GROUPE — nativi. MOOD BOARD — clique.

cose su di me.

QUALITÉS — sociable, cosmopolite, débrouillard, créatif, ambitieux, attentif, dynamique, spontané. DÉFAUTS — bavard, têtu, fier, caractériel, égocentrique, hypocrite, doté d'un étonnant esprit de contradiction, provocateur. PASSIONS — réponse. SAISON PRÉFÉRÉE — le printemps et le renouveau qu'il apporte, un cliché dont il ne se lasse pas. FRUIT PRÉFÉRÉ— les framboises, un péché mignon qui date de l'enfance. LIEU FAVORI — la maison de sa grand-mère, maison dans laquelle il a d'ailleurs préféré s'installer à son retour à Malcesine. RÉPUTATION A MALCESINE — l'étrange petit-fils d'Agnese Campoli, le gamin qui détonnait déjà dans le paysage par ses origines avant de devenir l'excentrique du coin. AU VILLAGE DEPUIS — sa naissance, bien qu'il ait vécu plusieurs années à Naples, pour ses études d'abord puis pour ses différents jobs avant de lancer son propre business, rapatrié plus tard à Malcesine.

vivere in città.

Vivre à Malcesine, aussi douce que la vie puisse sembler ici, n'a jamais rien eu de facile pour Ema. Fils d'un immigré, il a plus d'une fois dû faire face à un racisme latent, presque ordinaire pour une partie de la population, et il a composer avec cette charmante attitude toute son enfance, dissimulant son irritation derrière un sourire et des bonnes manières souvent condescendantes. L'arrivée de cette foule d'étrangers l'a donc fait doucement rigoler d'abord et l'a quelque peu rassuré ensuite, puisqu'il s'est décidé à rouvrir son café dans son village natal où les hipsters se faisaient rares. Les fouilles ont attiré toutes sortes d'oiseaux rares qu'il est ravi d'accueillir dans son établissement et si, au passage, cela peut agacer les anciens pour qui la couleur de sa peau était un problème, ce n'est que du bonus. C'est un garçon débrouillard, qui parvient à distinguer du positif partout et, pour lui, cette situation est bénéfique sur tous les plans.

dimmi la tua vitta.

001. LA FAMILLELa pierre d'angle sur laquelle Emanuele s'est construit. Fils unique, il a eu une enfance heureuse, protégée, malgré quelques difficultés financières et certains esprits arriérés au village. Ema a toujours un peu envié ses parents, si amoureux l'un de l'autre. Rien n'a jamais semblé les affecter, de sa perspective du moins. Bien sûr, il se doute qu'ils ont, eux aussi, dû affronter les regards désapprobateurs, peut-être bien plus que lui n'a eu à le faire. Après tout, sa mère est une enfant du pays et il est prêt à parier que les gens de Malcesine auraient préféré qu'elle épouse un garçon du coin au lieu de leur ramener cet immigré à l'accent étrange. Pourtant, ils n'en ont jamais rien dit, ne lui ont jamais laissé entendre que l'être humain pouvait être si bête. Ce rôle-là, c'est sa grand-mère qui l'a endossé, avec son franc-parler et son éternel dynamisme. C'est elle qui l'a préparé aux conneries que peut concocter le monde, avec finesse mais franchise. C'est elle aussi qui a recueilli ses larmes furieuses chaque fois qu'un gamin se montrait un peu créatif avec les insultes à l'école, elle encore qui a compris, très vite, qu'il ne ferait peut-être pas sa vie avec une femme. Certes, elle n'a pas caché les difficultés qu'elle a eu à l'accepter, ni même son ignorance, parfois blessante, parfois touchante sur le sujet mais à l'image de ses parents, elle l'a toujours soutenu, protégé, aimé. C'est à sa grand-mère qu'il doit ce surnom tendre qu'il utilise couramment aujourd'hui, c'est à elle qu'il doit beaucoup de ce qu'il est à présent. La famille a toujours eu une très grande place dans la vie d'Ema et il ne regrette rien, ni les disputes, ni les larmes et encore moins les étreintes. 002. MALCESINE (I)Ema a grandi dans les rues de ce charmant petit village de carte postale que beaucoup lui envieraient, à s'écorcher les genoux et à grimper un peu partout. Ces rues l'ont vu pousser à vue d'oeil, pleurer à chaudes larmes et nouer quelques amitiés durables. Pourtant, à l'en entendre parler, sitôt passé le portillon de la maison de sa grand-mère ou quitté celle de ses parents, le village était effrayant pour un enfant comme lui. Et, évidemment, il y a un fond de vérité mais il semblerait que les mauvais souvenirs aient quelque peu entâché les plus beaux. 003. DIFFÉRENTIl l'a toujours été, sans même le vouloir au départ. Il ne ressemblait pas à grand-monde, sinon à son père et s'il en a souffert, Ema a finit par l'accepter. Et par le cultiver, même. D'une nature curieuse, il a découvert la culture paternelle avec joie, avec émotion aussi. Puis est arrivée l'adolescence et une autre différence, moins évidente celle-ci. Ema a eu besoin de temps pour comprendre ce qui se passait dans sa tête, pour éclaircir toutes ces zones d'ombre qu'il fuyait désespérément. Parce que c'était trop, parce qu'il ne saisissait pas, parce que ça n'avait aucun sens. Son coming out s'est effectué en plusieurs étapes. Sa famille d'abord, maladroite mais pleine de bonne volonté. Ses amis ensuite, pour la plupart, assez intelligent pour rester et écouter au lieu de s'enfuir à toutes jambes dans la crainte qu'il ne leur saute dessus. Le reste du monde enfin, et continuellement, depuis des années. Beaucoup ont pris peur, notamment au lycée, mais Ema a eu la chance de s'entourer de bonnes personnes. Comme Cesare. 004. CESARE (I)Ils se connaissent depuis des années, depuis toujours semble-t-il, même si ça n'est pas tout à fait le cas. Leur amitié remonte à l'adolescence, aux périodes de doutes et de questions, de bêtises sans conséquence. Ils n'avaient rien en commun à l'époque ou si peu, mais ils se sont trouvés. Même s'il en parle peu, Ema sait qu'il n'aurait probablement pas pu garder la tête hors de l'eau sans son meilleur ami et ses mots simples mais rassurants. Lui dire que tout irait bien lorsqu'il lui a expliqué qui il était et pourquoi il ne voulait plus se cacher a certainement été la plus belle preuve d'amitié que Cesare ait offert à Ema. La plus belle preuve que qui que ce soit lui ait jamais offert, à la réflexion. 005. L'AMBITIONIl en a toujours voulu plus. Plus que les autres, plus que ce que son village natal avait à offrir. Partir d'ici n'a jamais été un projet hypothétique, c'était une évidence. Ema s'est donné les moyens de réussir, malgré un penchant pour attirer l'attention en classe plutôt que d'écouter. Il a réussi sa scolarité avec brio et a quitté Malcesine pour Naples où ses études dans l'hôtellerie se sont, certes, révélées plus compliquées que prévu mais pas impossibles à terminer, malgré les multiples jobs qu'il a dû trouver pour pouvoir vivre. Ses succès napolitains n'ont toutefois pas étanché sa soif de réussite. Ema est exigeant et si la vie n'est pas décidée à lui offrir les opportunités qu'il désire, il saura forcer la main du destin pour les obtenir, coûte que coûte. 006. NAPLES (I)Les années napolitaines ou la liberté. Ema a sans doute idéalisé ces années au fil du temps, c'est vrai, mais elles comptent parmi les plus belles de sa vie. Certes, la vie étudiante était loin d'être facile tous les jours mais il s'est débrouillé pour ne jamais manquer de quoi que ce soit et même payer ses factures en temps et en heure, ce qui n'est pas arrivé depuis. Vivre à Naples l'a responsabilisé mais l'a également totalement libéré. C'est là-bas qu'il s'est découvert, là-bas qu'il a appris à être totalement lui-même, sans crainte de déranger, sans s'embarrasser de la honte qui accompagne souvent le poids du regard d'autrui. Ema a toujours été un peu fantasque, il le sait, ses proches aussi d'ailleurs mais c'est véritablement à Naples qu'il s'est ouvert à la créativité et à la fantaisie. S'il y a bien une chose qu'Ema a retenu de sa vie à Naples, c'est que rien n'est trop étrange ni trop inaccessible quand on se donne les moyens. 007. CHIARAElle était drôle, elle était créative, elle était intelligente, elle avait tout pour lui plaire et Ema n'a jamais su résister à la beauté, quelle qu'en soit sa forme. Chiara est entrée dans sa vie sans prévenir, en acceptant tout, ses forces comme ses faiblesses. Elle appuyait ses décisions les plus originales, les cultivait même et Ema s'est surpris à penser qu'il avait peut-être trouvé la perle rare, comme ses parents. À bien y penser, peut-être que la déception a été plus blessante encore dans la rupture que de l'entendre dire que leur histoire n'était pas une raison suffisante pour elle de rester. Bien sûr, elle avait parlé de voyages, d'aller courir l'inspiration à travers le monde mais Ema imaginait que ce n'était que du vent, le genre de rêves un peu naïfs que fait tout un chacun après avoir joué une grille de loto. Chiara était différente et l'ironie de la situation ne lui a pas échappé à l'époque. Cette rupture d'une rare violence a laissé Ema dans un sale état. Il s'en est remis, avec un peu de temps et de bienveillance de ses proches, mais cette histoire a indéniablement fragilisé ses rapports avec les autres. Faire confiance, vraiment confiance, est devenu plus compliqué, sans qu'il s'en aperçoive d'abord. Les désastres amoureux qui ont suivi lui ont quelque peu mis la puce à l'oreille, même s'il est fort probable que Chiara et son égoïsme ne soient pas les seuls fautifs. 008. CESARE (II)Toujours là, solide, loyal. Là dans l'euphorie des soirées étudiantes lorsqu'Ema se laissait emporter par l'alcool et les jolis minois. Là dans les moments plus sombres, les désillusions et, évidemment, les ruptures. Ema s'est rarement laissé abattre, jusqu'à ce que Chiara entre et sorte de sa vie. Cesare a été là du début à la fin mais la fin, surtout, qu'Emanuele garde en mémoire et combien son meilleur ami a été attentif, prévenant. Combien il aurait eu envie, aussi, que ses tapes sur l'épaule se transforment en une main tendre mais ferme sur sa nuque. Combien il aurait voulu que cette bouche qui lui servait des mots si confiants et rassurants se fasse caresse contre la sienne. En de très nombreuses années d'amitié, il n'y avait, jusque-là, pas eu la moindre ambiguité entre eux mais le réconfort, purement amical d'ailleurs, que lui a offert son meilleur ami durant cette épreuve a éveillé des désirs qu'Ema ne soupçonnait pas. Et, après tout, ce n'était que ça, du désir, un besoin naturel de tourner la page en focalisant toute son attention sur quelqu'un d'autre. Il n'a pas cédé à la tentation, tout égoïste qu'il soit. Ruiner leur amitié pour une histoire sans lendemain ne l'intéressait guère à l'époque et ça ne le tente toujours pas aujourd'hui. Ils sont très proches, c'est vrai, se disputent parfois comme un vieux couple, c'est tout aussi vrai, et il n'est pas rare qu'on les imagine en former un. Emanuele rétablit toujours la vérité sur le ton de la plaisanterie, refusant d'écouter cette petite voix ravie qui se réjouit de la méprise. Leur histoire est trop belle pour être salie par les envies passagères d'Ema, même si les années ne les ont de toute évidence pas affaiblies. Il évite soigneusement d'y penser, d'abord parce que le déni lui sied à ravir mais aussi parce qu'il a réellement envie d'être heureux. Son rêve de môme de vivre un jour une relation aussi belle et harmonieuse que celle de ses parents n'a pas disparu. Ses partenaires, eux, en revanche, ne restent jamais bien longtemps. Coïncidence ? 009. LE CAFÉ ou NAPLES (II)Lancer sa propre affaire n'a pas été une évidence, plutôt une idée qui s'est construite au fil des années, des crises de nerfs après des discussions houleuses avec des patrons bornés, des discussions avec des collègues eux aussi épris de liberté. Et quoi de mieux que de choisir son meilleur ami comme partenaire ? Evidemment, Cesare a tenté de le freiner sur certains points, de le réorienter sur d'autres mais malgré des débuts un peu balbutiants et, Ema l'admet bien volontiers, des soirées à thèmes désastreuses, leur petite affaire a décollé, trouvant finalement son public parmi les étudiants et les bobos napolitains. Ils auraient certainement eu une vie confortable, s'ils étaient restés là-bas. 010. MALCESINE (II)Revenir dans son village natal, Ema l'a fait régulièrement ces dernières années. Pour rendre visite à ses parents, pour faire plaisir à sa grand-mère. Revenir pour de bon, en revanche, ne faisait pas partie du plan mais il n'a jamais su dire non à sa famille, surtout pas à sa grand-mère. Le poids des années a commencé à se faire sentir sur ses épaules et elle l'a presque supplié de venir vivre à ses côtés. Il ne lui a pas fallu plus d'argument pour se décider et persuader à son tour Cesare de le rejoindre. Mais Malcesine n'est pas Naples et leurs affaires ne se portent plus aussi bien qu'avant. Une difficulté qui n'a toutefois rien d'insurmontable et, après tout, que serait la vie sans un peu de challenge ?

dietro lo schermo.

PSEUDO/PRÉNOM — Valtersen/Julia
PRÉSENTATION PERSONNELLE — vingt-deux ans, étudiante en histoire, accro aux feels et aux tatouages
FRÉQUENCE DE CONNEXION — tous les jours a priori, hors périodes de vacances scolaires (parce que ça veut dire boulot boulot boulot pour moi #joie)
AVATAR — Harry Shum Jr
COMMENT AVEZ-VOUS CONNU LE FORUM ? — sur Bazzart
MOT DE LA FIN —


Dernière édition par Ema Yeung le Jeu 26 Avr - 15:18, édité 16 fois
Revenir en haut Aller en bas
Eusebio Bataglia
Amministratore
avatar
Messages : 982
Pseudo : appo
Avatar : jon kortajarena + lux aeterna
Occupation : charpentier de marine.
Notes : sujets en cours -
NOOR l SIMONE l OLIMPIA l LOLA

MessageSujet: Re: (le sentiment intime de connaître le tableau)   Dim 22 Avr - 3:00

bienvenue à toi !
ravi qu'on ai trouvé un mi-chemin pour votre idée, et hâte de voir ce que ça va donner.
bon courage pour ta fiche

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elettra Solara

avatar
Messages : 136
Pseudo : claire.
Avatar : courtney eaton + isleys.
Occupation : serveuse à naples dans un restaurant pourri, actuellement en vacances.
Notes :

MessageSujet: Re: (le sentiment intime de connaître le tableau)   Dim 22 Avr - 10:59

bienvenue
je sens que ce perso va être super original
s'il était à Naples avant, il nous faudra un lien

_________________
for my part, I prefer my heart to be broken. It is so lovely, dawn-kaleidoscopic within the crack.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noor Cresta
Amministratore
avatar
Messages : 1418
Pseudo : mariko
Avatar : margot robbie ~ lolitaes (avatar), emmawatsona (signature), bonjour tristesse, françoise sagan (citation).
Occupation : vacancière, oisive, ou tout autre mot qui veut dire qu'elle ne fait rien de son temps, sinon tourner en rond, ennuyant les autres, et s'ennuyant elle-même au passage.
Notes :

MessageSujet: Re: (le sentiment intime de connaître le tableau)   Dim 22 Avr - 11:06

plus officiellement bienvenue ici I love you hâte de voir ce que ça va donner, ce café à Malcesine !

_________________

Elle portait une robe grise, d'un gris extraordinaire, presque blanc, où la lumière s'accrochait, comme, à l'aube, certaines teintes de la mer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: (le sentiment intime de connaître le tableau)   Dim 22 Avr - 11:19

Bienvenue avec personnage intéressant ! Je vais suivre tout ça
Revenir en haut Aller en bas
Lola Solara

avatar
Messages : 234
Pseudo : cmbyn
Avatar : phoebe, blue comet
Occupation : artiste peintre en mal d'inspiration
Notes :

MessageSujet: Re: (le sentiment intime de connaître le tableau)   Dim 22 Avr - 11:53

oh yeeees de napolitains I love you
bienvenue officiellement chaton

_________________

you are a shared secret kept between cupped hands; you are the first drizzle of spring, the laughter-filled nights of summer.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: (le sentiment intime de connaître le tableau)   Dim 22 Avr - 21:48

bienvenue parmi nous I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: (le sentiment intime de connaître le tableau)   Dim 22 Avr - 22:11

merci beaucoup

@Elettra Solara a écrit:
s'il était à Naples avant, il nous faudra un lien
ce sera avec grand plaisir
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité


MessageSujet: Re: (le sentiment intime de connaître le tableau)   Lun 23 Avr - 9:45

une autre accro aux tatouages I love you
bienvenue, hâte de lire cette histoire si bien organisée!!
Revenir en haut Aller en bas
Simone Marconi

avatar
Messages : 303
Pseudo : Louisette marmelade.
Avatar : Luke Grimes - nalex(avatar), astra (signature) hoodwink + tumblr (icon)
Occupation : ébéniste et orfèvre du bois.

MessageSujet: Re: (le sentiment intime de connaître le tableau)   Lun 23 Avr - 12:23

j'ai pas suivi l'histoire du café (tout ce bordel en un week-end je vais jamais m'en remettre) mais ça m'a l'air super intéressant.
je vais suivre tout ça à partir de maintenant welcome dude !

_________________
❝ nel vento soffia la tempesta ❞ envoyez lui son bon souvenir elle vous dira qu'elle s'en fout, qu'il faillait pas la faire languir en la couvrant de mots doux, son coeur avait déjà pris la mer alors qu'il lui confessait que jamais rien d'autre qu'un navire ne l'avait fait voyager.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coco Cartelier
Amministratore
avatar
Messages : 547
Pseudo : solosands + aude
Avatar : Timothée Chalamet + mittwoch
Occupation : Il est agent d'entretien à l'hôtel Orizzonte
Notes : RP EN COURS :
BALTAZAR II | OLGA | JANUS | ANNIBALE | ANGELO XI | NOOR II

RP TERMINES :
ANGELO I | ANGELO II | ANGELO III |
NOOR & SILVIA | ANGELO IV | BALTAZAR I | ANGELO V | SILVIA | ANGELO VI | ANGELO VII | ANGELO VIII | ANNIBALE | ANGELO IX | ANGELO X


MessageSujet: Re: (le sentiment intime de connaître le tableau)   Mer 25 Avr - 21:59

bienvenue par ici j'espère que tu te plairas

_________________

seal me with a kiss. J'connais qu'le bruit d'la pluie, l'odeur du béton mouillé. Si j'suis parti, c'est parce que j'avais peur de rouiller.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: (le sentiment intime de connaître le tableau)   Jeu 26 Avr - 15:30

merciii
Revenir en haut Aller en bas
Noor Cresta
Amministratore
avatar
Messages : 1418
Pseudo : mariko
Avatar : margot robbie ~ lolitaes (avatar), emmawatsona (signature), bonjour tristesse, françoise sagan (citation).
Occupation : vacancière, oisive, ou tout autre mot qui veut dire qu'elle ne fait rien de son temps, sinon tourner en rond, ennuyant les autres, et s'ennuyant elle-même au passage.
Notes :

MessageSujet: Re: (le sentiment intime de connaître le tableau)   Jeu 26 Avr - 21:43

omg le chat sur ton moodboard, rien que pour ça j'aurai pu te valider I love you
trêve de plaisanterie, je suis très curieuse de voir tout ça à l'oeuvre en rp, je te valide donc! bienvenue ici
(cupcake pour rester dans le thème)

les liens utiles :
— Une fois validé-e, tu pourras ouvrir ta fiche de liens te permettant de te créer des relations avec les habitants de Malcesine.
— Pense aussi aux Repertori, dans lequel il faudra éventuellement (selon ton personnage) te faire référencer. Les scénarios et pré-liens devront aussi y être répertoriés ! Note qu'il est possible de créer de nouveaux repertori si besoin.
— Enfin, tu peux compléter ton profil avec différents champs (occupation, humeur) et avec les liens vers ta fiche de liens et de présentation.
— Evidemment, nous t'attendons également dans le flood !
Bienvenue parmi nous

_________________

Elle portait une robe grise, d'un gris extraordinaire, presque blanc, où la lumière s'accrochait, comme, à l'aube, certaines teintes de la mer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: (le sentiment intime de connaître le tableau)   

Revenir en haut Aller en bas
 
(le sentiment intime de connaître le tableau)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'université haitienne: un triste tableau
» Tableau de chasse des crânes
» Entrée et tableau de la capitale
» tableau de bataille
» Pas de tableau sans peinture

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TESOROS :: La storia :: Prezentazioni :: Buongiorno-
Sauter vers: