AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

pensez à référencer vos personnages dans le repertori.
Cela vaut également pour les scénarios et préliens que vous créez, ne les oubliez pas!


merci de privilégier les personnages studiosi !


Partagez | 
 

 toutes ces petites choses – angelo

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: toutes ces petites choses – angelo   Jeu 26 Avr - 16:44

Le dimanche. Le dernier jour de la semaine, le seul durant lequel Lucia s’accorde une petite pause. Quelques heures, même pas une journée entière, parce que ce matin, elle n’a pas pu s’en empêcher. Elle s’est levée aux aurores, a pu admirer ce lever de soleil toujours à couper le souffler, et puis elle a sauté dans ses bottes en caoutchouc. Style ringard, mais qui sur Lucia, dégage quelque chose. Son petit tablier pour éviter de tacher de terre cette robe qu’elle aime tant. Ce matin, elle attend que Livio se lève, parce que le dimanche, il déteste se lever tôt. Alors Lucia, elle le laisse dormir, le laisse faire ce qu’il veut. Mais tard, ce n’est pas trop tard. Il se lève à neuf heures tapantes, trois bonnes heures à rêvasser pour Lucia. A travailler un peu, mais à un rythme plus détendu. Gino qui est lui partit au marché, parce qu’il y tient toujours tant. Veut se sentir utile et puis, il ne l’avouera jamais, mais il aime dénicher des potins. Ces habitantes qui parlent toujours un peu trop, qui échappent des secrets enfouis. Lucia, ça l’amuse toujours beaucoup.

Et puis, avec Livio, ils ont passé l’après-midi à l’extérieur. Du jardinage, parce que le garçon, il aime bien trop ça. Les mains terreuses, le visage parfois. Il s’amuse toujours Livio, et puis, aussi, il se met à courir après sa mère, les mimines sales tendues devant lui. Il la menace, alors Lucia se voit obligée de courir –même si elle n’a pas peur d’être salie, mais parce qu’elle veut entrer dans le jeu de son fils. Il rit, ça l’amuse toujours. Et Lucia s’arrête, l’attrape et le couvre de chatouilles. Livio, comme à chaque fois, il se roule au sol dans un éclat de rire flamboyant. Ton père sera content de te récupérer plein de terre. Père, cet Angelo. Qui ne tarde pas à arriver, qui vient chercher Livio pour deux semaines. Lucia qui a, elle, son éternel grand sourire sur ses lèvres. Comme à chaque fois qu’elle le voit. Comme à chaque fois, parce que c’est comme ça. Une petite limonade avant de partir ? Faite par Livio. Douce voix. Et le petit bonhomme, il serait attristé que son père ne goûte pas à sa préparation du jour –ça, Angelo le sait, alors Lucia peut parier qu’il va accepter. Lucia, elle se débarrasse du tablier en un mouvement bref et rapide mais élégant, le dépose sur le dossier de la chaise. N’invite pas Angelo à s’asseoir, parce qu’il le fera de lui-même. C’est comme chez lui, ici, Lucia lui a toujours dit. Ses vêtements étaient propres jusqu’à maintenant. Si tu dois blâmer quelqu’un, c’est ton fils. Un regard complice avec le petit homme de huit années. Lucia, elle n’est jamais triste lorsqu’il part chez son père. Parce qu’elle sait qu’il s’y sent bien là-bas, et parce qu’elle adore l’écouter lui raconter tout ce qu’il a fait.  Et ses yeux qui brillent, et son visage tout entier qui respire le bonheur. Livio, parfois le reflet de sa mère, parfois celui de son père.
Revenir en haut Aller en bas
Angelo Carvalo

avatar
Messages : 361
Pseudo : --
Avatar : huisman + flamingo.
Occupation : tailleur de pierre - tenancier d'une petite chambre d'hôte, déjà occupée cependant.
Notes :

j'aimerais bien parler doucement, tout doucement, afin que tu sois obligé de venir tout près de moi, et je parlerais dans une langue qui te semblerait étrangère, ou peut-être uniquement sous forme d'images, et tu n'aurais rien à identifier, car je serais là et ça te suffirait.



MessageSujet: Re: toutes ces petites choses – angelo   Ven 27 Avr - 21:11


https://www.youtube.com/watch?v=6E1vMKL4Ciw
toutes ces petites choses —coeur léger qui tambourine contre sa cage thoracique, un sac sur l'épaule pour transporter le reste des matériaux - et la voiture laissée chez lui, préférant de loin souffrir un temps soit peu les rayons d'un soleil de plomb, plutôt que de faire cracher un moteur bien assez vieux. le sourire se lit, presque mutin sur son visage alors que peu à peu, il reconnaît la silhouette de cette ferme qui, depuis quatre ans, est devenue une sorte de seconde maison - une sorte de cabane dans l'arbre, sans pour autant qu'elle soit secrète. elle bouge, elle fait hurler, elle a même laissé quelques dessins sur les murs, signés par un fils qui jamais ne s'arrête, et qui de loin préfère noyer l'espace dans un rire plutôt que de laisser le silence l'affaiblir. deux semaines loin de lui - jamais vraiment pour autant, souvent croisé sur la route, dans le village même, avec un baiser volé sur sa joue pouponne et sa fierté de la journée. avec elle. elle qui à côté, en portrait craché, laisse autant ses lèvres s'étirer en un croissant de lune que lui - lucia dont l'alliance ne se voit plus à son doigt, et chez lui, et chacun a pu récupérer ce morceau de vie après. de l'avant lucia, il s'en souvient, de l'après, il s'en souviendra ainsi - le pendant lui ne s'estompe pas, et provoque en lui comme une vague nostalgique dont il récupère seulement les meilleurs moments. bonheur éphémère bien que longuet dans sa performance, plusieurs années à courir, courir jusqu'à s'étouffer d'herbes fraîches, courir, courir jusqu'à s'étouffer dans le vent d'italie - puis s'arrêter subitement, pour un amour qui ne reviendra pas, ne reviendra plus, comme disparu subitement entre l'explosion d'une étoile et le cri d'un nouveau-né.

ni une ni deux, il entend de loin les résidus d'un moment hors du temps - mère et fils, il vient en jouer, s'y rajouter sans même le vouloir, il aurait pu attendre sans vouloir le gâcher. mais angelo reste angelo - arrive à des moments où rien ne laissait présager sa carcasse marquée par la trentaine dépassée. et elle parle, elle parle pour le pousser à rester, elle parle comme cette bonne amie à qui tout se confie, à qui tout se dit, parfois même se laisse entrevoir une larme dans le creux de la joue, enlevée rageusement pour faire semblant d'être l'homme de la situation. cette banale amie. cette simple amie - jadis une muse, jadis une promesse, jadis un baiser à la pomme, sucré au point d'en redemander bien trop fréquemment. alors il s'assoit, il hausse les épaules, laissant tomber au sol son sac presque débordant de plans, de paperasses dont il accordera son temps plus tard. coudes sur la table, sourcils qui se froncent, amusés.
- allons bon... est-ce que ça m'étonne ?
regard qui glisse vers livio.
- pas du tout.
- MAIS !
- t'es sale, t'es sale que veux-tu que j'te dise.
- hééé c'est pas vrai, c'à cause de maman.
- m'ouais, j'y crois pas trop.

mine boudeuse à l'appui, joues qui se gonflent en ballons de baudruches de chair, qui préfère rentrer à l'intérieur - sans doute pour aller se débarbouiller, bien plus que pour aller se planquer et éviter les moqueries enfantines du père. inspiration profonde, dos qui épouse la forme du dossier avec mollesse, sa main passe dans sa nuque pour la masser quelques secondes à peine.
- il va me mettre k.o d'ici à ce que j'parte.
ricanement d'usage.
- tu rayonnes étrangement beaucoup pour avoir été la gardienne du monstre.
et que jamais rien ne change - ni son énergie, ni le sourire ancré à même sa peau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité


MessageSujet: Re: toutes ces petites choses – angelo   Sam 28 Avr - 22:49

Les fines mains de Lucia qui se lève innocemment alors que Livio, ne trouve comme seule solution d’accuser sa pauvre mère. Mais elle garde le sourire, parce que c’est toujours ce qu’elle fait. Et en prime, elle est amusée, Lucia. Son visage rosé de joie, son visage chaleureux. Livio qui file, vaque à ses occupations et laisse ses deux parents seuls, sur la petite terrasse. Angelo, qui devient tout l’intérêt de Lucia, qu’elle regarde de son regard pétillant. Il est en forme. Pourtant, crois-moi qu’on a fait tout un tas de trucs. Mais Livio, il est comme sa mère. Un trop plein d’énergie constant, un besoin de toujours faire quelque chose, sans jamais ressent l’effet de la fatigue. Livio, c’est vrai qu’il est parfois fatiguant, à bouger dans tous les sens. C’est l’effet Livio. Toujours à me faire sentir plus jeune. Lucia, elle rit, mais c’est qu’elle dit vrai. Livio qui lui donne l’envie de s’amuser comme si elle était une gamine, elle aussi. A courir partout dans les champs, à slalomer entre les arbres. Livio, il lui fait ressentir tout ça, et c’est bien pour ça qu’elle l’aime à l’infini, son fils.

Elle quitte deux secondes l’extérieur, revient avec deux verres et un pichet d’antan –beige, ornements floraux. La fameuse préparation maison du petit bonhomme, la fameuse limonade. Un verre, et tu auras assez d’énergie pour affronter les deux semaines à venir, qu’elle lui dit, glissant avec douceur un verre devant Angelo. L’homme toujours aussi barbu, d’une chevelure envoûtante. L’homme que Lucia prend toujours un malin plaisir à observer, parce qu’elle aime voir s’il a changé. C’est qu’elle le taquine, comme elle l’a toujours fait. Et si leur amour n’est plu, il y a certaines petites choses qui n’ont pas changé. Malice et affection. Parce qu’Angelo, il restera toujours Angelo. Lui qui a été sien un temps, lui qui a été un amour fort et sincère. Aujourd’hui, un fidèle ami. Aujourd’hui, plus que le père de son enfant, plus qu’un ex-mari. Le boulot ? Tout va bien ? Lucia qui finit par s’asseoir sur la petite chaise retapée. Elle ne résiste pas à un verre de limonade, parce qu’elle aime beaucoup trop ça. Le goût ni trop sucré sur ses papilles,  la fraîcheur qui passe tout le long de sa gorge. Je t’ai préparé un petit sac de fruits et légumes. Surtout les légumes que Livio déteste. Toujours à les materner, à les chérir. Parce qu’ils sont un peu comme les deux hommes de sa vie. Et puis Lucia, ça lui fait plaisir. Elle aime donner, sans attendre en retour. Donner avec un sourire sur les lèvres, parce que c’est toujours un pur bonheur à ses yeux.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: toutes ces petites choses – angelo   

Revenir en haut Aller en bas
 
toutes ces petites choses – angelo
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petite promenade
» Les petites choses en vrac de Regulus.
» Les petites choses n'ont l'air de rien, mais elles donnent la paix. [PV: Yzebel]
» Erin McAlister • Les petites choses toujours viennent à bout des grandes
» Toutes les belles choses ont une fin.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TESOROS :: Finale :: Archivi :: SUJETS FINIS-
Sauter vers: