AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

pensez à référencer vos personnages dans le repertori.
Cela vaut également pour les scénarios et préliens que vous créez, ne les oubliez pas!


merci de privilégier les personnages studiosi !


Partagez | 
 

 larmes de ton corps — coco

Aller en bas 
AuteurMessage
Angelo Carvalo

avatar
Messages : 361
Pseudo : --
Avatar : huisman + flamingo.
Occupation : tailleur de pierre - tenancier d'une petite chambre d'hôte, déjà occupée cependant.
Notes :

j'aimerais bien parler doucement, tout doucement, afin que tu sois obligé de venir tout près de moi, et je parlerais dans une langue qui te semblerait étrangère, ou peut-être uniquement sous forme d'images, et tu n'aurais rien à identifier, car je serais là et ça te suffirait.



MessageSujet: larmes de ton corps — coco   Mer 6 Juin - 12:11

larmes de ton corps — sommeil aléatoire qui fut en ce jour son pire ennemi, il peste intérieurement face à la nuit trop longue passée - et à son après-midi complexe à remettre en ordre tout ce qui a bien pu se passer, se dire, se souffler dans les oreilles. un aveu loin d'être honteux - mais qui pourtant une fois pensé relève d'une gêne grandissante, son estomac se serre un peu. angelo le visage fermé, qui pourtant sourit en remerciant l'épicier du coin, le sac plein de quoi remplir les placards une petite semaine. le soleil tape comme à son habitude sur ses épaules, il se sent mourir à petit feu sous un plaisir loin d'être dissimulé. sauf que pour une fois, son crâne n'est pas vide, n'est pas plein de jugements, seulement gorgé de doutes mortifères, bouffant le moindre de ses nerfs. il baille - cale sa main contre sa bouche pour le dissimuler, avec cette non-envie pour la première fois depuis des années, de rentrer. alors il s'assoit sur un escalier en pierre froide, zieute les passants, quelques doigts qui passent dans ses cheveux par nervosité. coco qu'avait soufflé qu'il aurait adoré l'aimer. coco qu'avait soufflé dans une vibration bien plus alcoolisée qu'il avait rêvé. rêvé de peaux tordues, de soupirs emmêlés, de doigts attachés. il s'en mord la langue angelo, les coudes qui se calent sur ses genoux, saluant timidement une connaissance qui vient de passer.

il attend. attend quelques minutes, jusqu'à ce qu'elles s'étirent d'elles-même comme un chewing-gum à peine craché. il fait durer, la sensation dans l'âme d'être un peu lâché, pour une fois presque adolescent tant il ne veut pas faire face au responsable de la mascarade. puis il apparaît, apparaît subitement comme un coup de vent, le vélo calé contre le mur, le regard qui cherche sans discrétion quelqu'un - quelque chose, pas lui il l'espère. le bermuda cache à peine ses jambes blessées, elles dévoilent quelques ecchymoses témoignant de sa bêtise. il prie un peu, jusqu'à ce que malencontreusement ça fasse collision, ça fasse tilt. il fait volte-face angelo, laisse ses iris s'attarder ailleurs, comme s'il n'existait pas, comme s'il n'était pas juste là. là comme la nuit d'avant, là comme les autres jours depuis des semaines sans les compter. là, à lui mettre l'incertitude au creux des artères.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coco Cartelier
Amministratore
avatar
Messages : 547
Pseudo : solosands + aude
Avatar : Timothée Chalamet + mittwoch
Occupation : Il est agent d'entretien à l'hôtel Orizzonte
Notes : RP EN COURS :
BALTAZAR II | OLGA | JANUS | ANNIBALE | ANGELO XI | NOOR II

RP TERMINES :
ANGELO I | ANGELO II | ANGELO III |
NOOR & SILVIA | ANGELO IV | BALTAZAR I | ANGELO V | SILVIA | ANGELO VI | ANGELO VII | ANGELO VIII | ANNIBALE | ANGELO IX | ANGELO X


MessageSujet: Re: larmes de ton corps — coco   Mer 6 Juin - 12:31



https://www.youtube.com/watch?v=wiWwhSkA-Ec
gueule de béton armé — Il se réveille avec le soleil bien haut dans le ciel.
Il pose la main sur ses cheveux, qui tombent devant ses yeux.
Deux pensées lui viennent immédiatement en tête. D'une, il a besoin d'un rendez-vous chez le coiffeur, de deux il a besoin d'une aspirine.
Il a si mal au coeur, c'est si désagréable. Il marmonne qu'il devrait plus jamais boire. Il se redresse, regarde son portable. Pas de réseau, évidemment, l'heure indique 13H32. Il travaille ce soir, seulement à 19h, il a encore le temps. Il attrape sa boite de médoc sur le table de chevet, l'avale rapidement, avec une gorgée d'eau, puis se laisse tomber sur le dos.
Mais il a besoin d'une aspirine, pour le mal de crâne. Alors, lentement, il s'assoit sur le lit. Regarde son jean, complètement dégueulassé, avec un peu de sang dessus. Il regarde ses mains, avec un pansement sur chaque, et une douleur latente qui transperce ses pensées. Il ferme les yeux.
De sa soirée passée, il n'a plus que de vagues souvenirs. Les mains d'Angelo, sa salle de bain, les toilettes, le vélo, la chute, et puis les verres et les shot au bar du village. Il a vraiment joué au con, il regrette pas vraiment. Tout reste flou, imprécis, noyé dans une brume étrange. Il se relève, comme il peut. Il vire son pantalon, vire son tee shirt, se change, et descend dans la cuisine.
Angelo n'est nulle part. C'est qui est assez étrange pour être souligné, il ne travaille pas toujours le vendredi. Il doit être au marché. Coco se met à chercher avec une frénésie lente et étourdie, une aspirine, dans l'armoire à pharmacie. Rien du tout. Il soupire, il a de plus en plus mal au crâne.
Il prend la lourde décision de se mettre en route vers Malcesine, pour passer à la pharmacie, avec le peu de forces qu'il lui reste. Il sort dehors, ferme la baraque en titubant vachement. Ses genoux le font souffrir, ses mains aussi, alors il se met à pédaler sans les mains, dans la descente, en priant pour ne pas tomber.
Au moment où il arrive, le marché plie bagage. Il salue quelques-uns des commerçant, qu'il commence à connaitre car passant de temps en temps devant l'hôtel Orizzonte. Il parle un moment avec une jeune fille, qui aide son père à vendre des fraises, des cerises, des mures. Il lui prend une barquette avec le peu de monnaie qu'il a sur lui. Puis il s'engouffre dans la pharmacie, n'enlève pas ses lunettes de peur d'être ébloui, balbutie pour demander des aspirines (le mot, il ne le connait pas, il est censé mimer et parler un anglais italinisé). Il ressort avec son buttin, et alors qu'il s'apprête à reprendre la route, il voit, en face de la pharmacie, une silhouette bien connue.
Il lui sourit.
Mais Angelo esquive, baisse les yeux, ou regarde ailleurs. Coco sent son coeur se serrer dans sa poitrine, les sons s'étouffent un peu. Il se rapproche, mollement, vélo à la main, avec sa barquette de mûres dans le cabas, ses aspirines à la main. Il le surplombe, de haut, il enlève ses lunettes de soleil et sourit, en disant doucement :
" Merci à propos de hier soir, je pense que c'est toi qui m'a ... hm.. soigné ?" Il est pas sûr du mot, il tente tout de même.
Il sent un malaise ambiant s'emparer de la place, l'entourer lui, et Angelo.

_________________

seal me with a kiss. J'connais qu'le bruit d'la pluie, l'odeur du béton mouillé. Si j'suis parti, c'est parce que j'avais peur de rouiller.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angelo Carvalo

avatar
Messages : 361
Pseudo : --
Avatar : huisman + flamingo.
Occupation : tailleur de pierre - tenancier d'une petite chambre d'hôte, déjà occupée cependant.
Notes :

j'aimerais bien parler doucement, tout doucement, afin que tu sois obligé de venir tout près de moi, et je parlerais dans une langue qui te semblerait étrangère, ou peut-être uniquement sous forme d'images, et tu n'aurais rien à identifier, car je serais là et ça te suffirait.



MessageSujet: Re: larmes de ton corps — coco   Mer 6 Juin - 23:29

larmes de ton corps — c'est similaire à un accident de voiture, la collision est proche si bien qu'il a le temps de se dire qu'il a fait une connerie. il a la bouche un peu sèche, sur laquelle il vient passer le bout de sa langue, en espérant bêtement qu'il continue sa route - qu'il n'ait pas remarqué l'espèce d'ours calé sur les escaliers. trop tard cependant, l'ombre se rapproche, perfore l'océan de pavés - se fait une place. alors fatalement, sa tête se redresse pour ne pas fuir plus qu'il ne l'a fait. le soleil est juste derrière coco, il rebondit à peine sur ses joues creuses. il attend, attend que l'italien maladroit vienne frétiller sur ses lèvres fines - c'en est presque joli, presque mélodique. angelo hausse les épaules mollement, reste posé sur les marches sans avoir la bonne idée de se relever, de prétexter une autre quelconque urgence placée sous le signe d'un destin immédiat.
- en effet, t'étais pas en état de t'occuper de toi-même pour être tout à fait honnête. il serait bien capable de rajouter qu'il l'a fait pour la forme, rien de plus. mais il se tait angelo, répète en boucle chaque parcelle de la nocturne passée en sa compagnie, à retirer le sang, l'écouter parler avec une attention particulière. coco qui fut effrayé, coco qui fut hilare, coco qui sous le prisme de ses émotions versatiles a vu son reflet dans le miroir se briser, dévoilant différentes facettes. dont une inconnue jusqu'ici - jusque dans les chimères d'une nuit. les nerfs se remettent à jouer entre eux, il sort son paquet de cigarettes de la poche arrière de son pantalon, l'allume après l'avoir calée dans son bec. t'as beaucoup, beaucoup parlé.
la fumée lui sort du nez, il se marre.
- alors, la gueule de bois ?
lentement, comme pour retarder - retarder le pourquoi du comment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coco Cartelier
Amministratore
avatar
Messages : 547
Pseudo : solosands + aude
Avatar : Timothée Chalamet + mittwoch
Occupation : Il est agent d'entretien à l'hôtel Orizzonte
Notes : RP EN COURS :
BALTAZAR II | OLGA | JANUS | ANNIBALE | ANGELO XI | NOOR II

RP TERMINES :
ANGELO I | ANGELO II | ANGELO III |
NOOR & SILVIA | ANGELO IV | BALTAZAR I | ANGELO V | SILVIA | ANGELO VI | ANGELO VII | ANGELO VIII | ANNIBALE | ANGELO IX | ANGELO X


MessageSujet: Re: larmes de ton corps — coco   Mer 6 Juin - 23:56



https://www.youtube.com/watch?v=wiWwhSkA-Ec
gueule de béton armé — Le malaise qui s'empare de la place ne les entoure qu'eux deux. Il se sent mal. Il se sent incapable, il se sent surtout jugé, avec une omniscience dont il ne pensait pas Angelo capable. Alors le sourire éternel sur les lèvres de Coco se crispe un peu, fond, reste présent, moins convaincant certainement. Il a envie de disparaître, il se tient fermement à son vélo, à ses côtés, alors qu'Angelo ne se lève pas.
Ses genoux lui font mal, les paumes de ses mains aussi, pourtant il serre le guidon de toutes ses forces, comme une béquille, un roc, un système de pensée. Il sourit, ose un petit soupir amusé à sa réponse, en italien, qu'il parvient à traduire sans mal. Il veut bien croire qu'il était totalement arraché. Il se souvient de sa chute, il se souvient de ses mains qui s'éclatent sur la route graviollonnée. Pas grand chose d'autre à vrai dur, la maison qui approche. Sa tête lui fait mal, il est ébloui par la soleil, pourtant il garde ses lunettes sur le sommet de son crâne en bon touriste. Il le voit sortir ses cigarettes de sa poche, comme lors de leur balade au lac de Garde. Il regarde ailleurs, autour de lui.
Et soudain ça tombe, cette phrase, cette précision comme un couperet sur sa gorge.
Il arrive plus à respirer correctement, il déglutit, en fixant son regard sur le sol, à côté du vélo. Il a le coeur qui bat à la chamade.
Il ose pas demander ce qu'il a dit. Il se voit déjà, raconter dans les moindres détails, ses ébats avec Baltazar, ses multiples rencontres et voyage, sa vie de débauche qui pourrait en choquer plus d'un. Il se contente de déglutir, autant que possible, pour rester debout. Il le regarde, sourit, crispé à sa question.
" J'ai mal en la tête. Mais ça va." Ca va pas du tout. Il s'accroche au vélo pour pas dégringoler. C'est évident, si Angelo est si distant, c'est parce que Coco a dit quelque chose qu'il n'aurait pas du. Il le regarde, avec un air gêné : " Je dis hm... j'ai dit quoi hier ?"

_________________

seal me with a kiss. J'connais qu'le bruit d'la pluie, l'odeur du béton mouillé. Si j'suis parti, c'est parce que j'avais peur de rouiller.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angelo Carvalo

avatar
Messages : 361
Pseudo : --
Avatar : huisman + flamingo.
Occupation : tailleur de pierre - tenancier d'une petite chambre d'hôte, déjà occupée cependant.
Notes :

j'aimerais bien parler doucement, tout doucement, afin que tu sois obligé de venir tout près de moi, et je parlerais dans une langue qui te semblerait étrangère, ou peut-être uniquement sous forme d'images, et tu n'aurais rien à identifier, car je serais là et ça te suffirait.



MessageSujet: Re: larmes de ton corps — coco   Jeu 7 Juin - 15:49

larmes de ton corps — il a du mal à faire semblant, angelo, à faire comme si. ça se ressent quelque part, sans doute dans son regard ou sa manière de causer. dans l'aura qu'il dégage ou même dans le mouvement de ses doigts. alors il les occupe, tire sur la cigarette sans vraiment se lasser, en prenant le temps de tout remuer face à un coco qui ne sait quoi dire, qui se sent presque défaillir. ça se voit à la face qu'il tire - elle fait une dizaine de kilomètres, et il a dû oublier. oublier qu'il a trop parlé. oublier qu'il a ouvert sa bouche pour prononcer des confessions ou au contraire épaissir des mystères - il inspire profondément, l'écoute avec attention tout en zieutant attentivement ailleurs. il tapote sur la clope, fait tomber la cendre juste à côté de lui, le sachet plein de nourritures fait un peu de bruit sous le vent léger. il attend, remarque qu'une petite fille n'a pas les chaussettes de la même couleur l'une comme l'autre, ça le fait sourire.
- j'ai rarement été aussi complimenté je crois. que ce soit pour le timbre de sa voix, que ce soit même sur ses doigts qui dans tous les cas, témoignent d'une sorte de douceur - en général plus habitué à ce que l'on souligne leur grandeur, il sait que la boisson a eu dans son jugement un rôle capital. il tapote la place à côté de lui - l'escalier est assez grand pour accueillir toute une ligne de gens, et ceux qui veulent passer qu'ils râlent seulement, il ne les écoutera pas.
- t'aurais rêvé de moi. sa tête bascule en arrière, il souffle avec précision la fumée dans une tentative artistique d'en faire un rond. un échec.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coco Cartelier
Amministratore
avatar
Messages : 547
Pseudo : solosands + aude
Avatar : Timothée Chalamet + mittwoch
Occupation : Il est agent d'entretien à l'hôtel Orizzonte
Notes : RP EN COURS :
BALTAZAR II | OLGA | JANUS | ANNIBALE | ANGELO XI | NOOR II

RP TERMINES :
ANGELO I | ANGELO II | ANGELO III |
NOOR & SILVIA | ANGELO IV | BALTAZAR I | ANGELO V | SILVIA | ANGELO VI | ANGELO VII | ANGELO VIII | ANNIBALE | ANGELO IX | ANGELO X


MessageSujet: Re: larmes de ton corps — coco   Jeu 7 Juin - 18:53



https://www.youtube.com/watch?v=wiWwhSkA-Ec
gueule de béton armé — Il imagine déjà les gros titres de la veille. Coco Cartelier, en exclusivité, raconte son passé outrageux d'escort boy totalement arraché. Son colotaire ne s'en remet pas, il décide, pour la troisième fois, de le mettre à la porte.
Hm. Jamais deux sans trois. Après la peur de la narcolepsie comme motif d'eviction, puis l'homophobie en erreur, voilà maintenant qu'il a peur d'être viré de la ferme des Carvalo pour la simple et bonne raison qu'il a été, à une époque, travailleur du sexe. De ces trois raisons, la dernière est sans doute la plus valable. Il a la gorge sèche, il peut presque sentir ses genoux qui vont se couper sous son corps, quand il aura entendu l'erreur fatidique. Ce qu'il dit ensuite le fait à peine sourire. Complimenté, ah ça... C'est qu'il y a des compliments à faire sur sa stature.
En revanche, la suite, il ne l'attend pas.
"T'aurais rêvé de moi."
Si bien qu'il sent totalement son univers s'effondrer, encore une fois, autour de lui.
Il ne voit pas venir la crise de cataplexie, ses mains perdent en tonus, elles lâchent le vélo et s'écrasent mollement de chaque côté de son corps. Ses épaules tombent également, avec sa mâchoire.
Putain. Putain de merde, il panique, de nouveau, complètement. Jusqu'ici, il était parvenu à éviter toute crise avec Angelo. Il parvient plus à fermer la mâchoire, qui se lâche totalement, il parvient pas non plus à fixer son regard.
Il est pétrifié, il a le coeur qui bat à la chamade. Ses jambes fonctionnent encore, il parvient à s'asseoir prêt d'Angelo, sans utiliser ses mains, pour ne pas rester comme un con en face de lui. Il n'arrive pas à regarder son vélo, qui git au sol.
Son corps a régi plus vite que sa pensée.
Angelo sait qu'il a rêvé de lui, en train de le baiser.
Bien, très bien.
Son coeur bat si vite, il a l'impression qu'il va imploser. De l'intérieur.



_________________

seal me with a kiss. J'connais qu'le bruit d'la pluie, l'odeur du béton mouillé. Si j'suis parti, c'est parce que j'avais peur de rouiller.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angelo Carvalo

avatar
Messages : 361
Pseudo : --
Avatar : huisman + flamingo.
Occupation : tailleur de pierre - tenancier d'une petite chambre d'hôte, déjà occupée cependant.
Notes :

j'aimerais bien parler doucement, tout doucement, afin que tu sois obligé de venir tout près de moi, et je parlerais dans une langue qui te semblerait étrangère, ou peut-être uniquement sous forme d'images, et tu n'aurais rien à identifier, car je serais là et ça te suffirait.



MessageSujet: Re: larmes de ton corps — coco   Jeu 7 Juin - 20:31

larmes de ton corps — ça fait l'effet d'un effondrement, au sens le plus littéral du terme. il peut voir chaque membre se relâcher, le vélo se maraver avec la même classe qu'un éléphant en pleine chute. ses sourcils se haussent - et il est prêt à le rattraper en cas de relâchement complet. il veut pas le tuer coco, il veut pas être responsable de ses peines, de ses douleurs - il préfère qu'il les fasse seul, quand il est bourré et inconscient de ses gestes maladroits. il le laisse s'assoir, un peu lourdement, il reprend une latte de cigarette, lui jette une oeillade discrète avant de plus franchement le regarder - il affronte ce qui a été dit, ne cherche plus réellement la fuite puisque, quelque part, quelque chose en a décidé autrement. se cacher n'a jamais aidé à résoudre les problèmes - même si, aussi doué qu'il a pu l'être, angelo était un grand partisan de ce méthodes douteuses. il pince sa lèvre inférieure, retape sur la clope en attendant une quelconque réponse - le coeur se remet à jouer du tambourin, ça claque contre sa chair, ça fait frémir les nerfs jusque dans sa nuque.
- respire, c'est pas dramatique. doucement désamorcer la bombe, pour qu'au moins coco ne tombe pas dans ses bras, une position typique des vieux films en noir et blanc, quand subitement le choc provoque une tétanie dans le corps. mais elles sourient toujours les femmes qui se laissent tomber - lui non. au contraire sa mâchoire est comme décrochée, sans muscles pour lui permettre de tenir debout - il peut sembler prendre une bien trop longue inspiration, et de la plus étrange des manières. il hésite un instant angelo - puis le fait, sa main passe sur son épaule pour le ramener sur terre, il ressent un peu mieux son épaule, chaque os qui vient presque percer sa paume.
- j'voulais pas te provoquer un infarctus. le rire est de surface, pour détendre un peu plus l'atmosphère inexistante - presque étouffante. tout va bien. tout ne va pas forcément bien. il s'attarde sur la coupure de sa mâchoire - un angle bien tracé, bien taillé, presque dessiné au charbon sur du papier. il remonte peu à peu, perçoit son oreille dans la masse de cheveux bouclés. puis il s'arrête, soudain, au petit plissement dans le coin de ses prunelles.
- c'est plutôt flatteur... j'imagine.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coco Cartelier
Amministratore
avatar
Messages : 547
Pseudo : solosands + aude
Avatar : Timothée Chalamet + mittwoch
Occupation : Il est agent d'entretien à l'hôtel Orizzonte
Notes : RP EN COURS :
BALTAZAR II | OLGA | JANUS | ANNIBALE | ANGELO XI | NOOR II

RP TERMINES :
ANGELO I | ANGELO II | ANGELO III |
NOOR & SILVIA | ANGELO IV | BALTAZAR I | ANGELO V | SILVIA | ANGELO VI | ANGELO VII | ANGELO VIII | ANNIBALE | ANGELO IX | ANGELO X


MessageSujet: Re: larmes de ton corps — coco   Ven 8 Juin - 1:03



https://www.youtube.com/watch?v=wiWwhSkA-Ec
gueule de béton armé — Malcesine sous cataplexie c'est un marché qui remballe deux fois plus lentement, des sons assourdis, un italien qui lui donne mal à la tête, un mal au coeur violent, et une tension insoutenable.
Bon.
Il a dit à Angelo qu'il avait rêvé de lui en train de le prendre. Eh bien très bien. Ca explique sa distance, ça explique ses regards de côté.
Il se demande un moment comment il a pu être aussi con, comment il a pu baisser sa garde.
Et au lieu de se détendre, de laisser passer l'émotion forte (en l'occurrence la culpabilité, la honte, l'angoisse) comme lui ont toujours dit le médecins, il pense, encore et encore. Il ressasse, il bat ses souvenirs avec violence. Sa mâchoire, légèrement décrochée, ne veut pas se refermer, il ne peut pas parler. Ses mains ne répondent pas, son vélo gît à terre. Il l'écoute, sans trop faire attention, sans vraiment comprendre. C'est pas dramatique, si c'est dramatique, non, ou si, il en sait rien, il a mal au crâne. Il veut pas être viré pour ça. Son coeur se serre encore, il a l'impression de faire un infarctus. Il sent sa main sur son épaule. Ca le détend, un peu. Il parvient à bouger ses mains, mais ses yeux ne parviennent pas à se focaliser sur un point précis, et il peine à garder la tête droite. Il a le coeur qui bat dans ses tempes, et le corps qui se concentre sur son épaule.
Tout va bien. Angelo le dit lui même.
Il respire, un grand coup. La force dans ses mains il revient, un peu. Il voudrait tourner la tête vers lui, il n'y arrive pas. Il prend son portable, il écrit quelque chose, sans regarder l'écran.
sorry, its the cataplexy. i cant talk 4 now. its cause of the narcolepsy. Il lui tend le portable, mollement, avec la main tremblante, la mâchoire toujours largement tombée. Il relève les yeux vers la pharmacie en face de lui, la croix verte qui se dédouble. Elle a un jumeau. Il respire encore
Il met de côté cette information. Il lui a dit son rêve.
Il a rarement été aussi gêné durant toute sa longue existence.




_________________

seal me with a kiss. J'connais qu'le bruit d'la pluie, l'odeur du béton mouillé. Si j'suis parti, c'est parce que j'avais peur de rouiller.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angelo Carvalo

avatar
Messages : 361
Pseudo : --
Avatar : huisman + flamingo.
Occupation : tailleur de pierre - tenancier d'une petite chambre d'hôte, déjà occupée cependant.
Notes :

j'aimerais bien parler doucement, tout doucement, afin que tu sois obligé de venir tout près de moi, et je parlerais dans une langue qui te semblerait étrangère, ou peut-être uniquement sous forme d'images, et tu n'aurais rien à identifier, car je serais là et ça te suffirait.



MessageSujet: Re: larmes de ton corps — coco   Sam 9 Juin - 12:02

larmes de ton corps — ça devrait s'arrêter là, ils devraient se confondre en excuses, repartir sur de bonnes bases - se sourire poliment, se douter cependant que ce ne sera pas intact, ou au qu'au moins le regard devienne brimé, évolue sous d'autres prismes. coco sort son portable, a toujours la gueule béante, rappelant ces faces d'animaux bien ouverte devant temples diabolisés dans des vieux films mal filmés. c'est censé rappeler la terreur. c'est censé faire un minimum peur - angelo reste de glace, se retient de se moquer de son malheur, avec sa mine un peu idiote de singe savant qui mime le principe de n'avoir rien dit. il lit attentivement ce qu'il lui fout sous le nez, hausse les sourcils. cataplexie, le mot est barbare autant à l'écoute qu'à l'écrit, il imagine ce que ça peut être en le détaillant, sans pour autant en connaître les détails. les mains d'angelo retombent sur son propre corps, ses doigts pianotent les uns contre les autres. il cherche un peu quoi dire - quoi rajouter, sans doute peu tant les tournures manquent.
- what can i do to make you feel better ? alors il passe à autre chose, l'amertume qui fait son chemin au fond de sa gorge, la frustration de l'incompréhension qui tape, comme elle sait si bien le faire, contre son coeur pas si vieux mais déjà éreinté. please it's okay, just... forget what i said. c'est qu'il voudrait pas avoir sa mort sur la conscience, et la culpabilité d'avoir tenté d'en parler - d'avoir essayé de comprendre comment il a pu arriver là-dedans, par quel moyen, par quelle émotion violente il aurait pu faire naître envie. ses yeux se baissent un peu, il regarde les genoux de coco - c'est presque comme s'il souhaitait trouver des formes dans ses blessures.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Coco Cartelier
Amministratore
avatar
Messages : 547
Pseudo : solosands + aude
Avatar : Timothée Chalamet + mittwoch
Occupation : Il est agent d'entretien à l'hôtel Orizzonte
Notes : RP EN COURS :
BALTAZAR II | OLGA | JANUS | ANNIBALE | ANGELO XI | NOOR II

RP TERMINES :
ANGELO I | ANGELO II | ANGELO III |
NOOR & SILVIA | ANGELO IV | BALTAZAR I | ANGELO V | SILVIA | ANGELO VI | ANGELO VII | ANGELO VIII | ANNIBALE | ANGELO IX | ANGELO X


MessageSujet: Re: larmes de ton corps — coco   Sam 9 Juin - 20:05



https://www.youtube.com/watch?v=wiWwhSkA-Ec
gueule de béton armé — Il suffit de respirer, de se calmer.
De ne pas avoir peur, d'arrêter de penser.
C'est pas la fin du monde Coco... Il sait ce rêve, ça veut pas dire quoique ce soit, c'est juste gênant.
Il faut que la honte disparaisse, pour qu'il puisse parler de nouveau, que son regarde se concentre sur quelque chose.
Il sent bien que le regard d'Angelo a changé sur lui. Le problème étant qu'il sait pertinemment pourquoi, qu'il aura, désormais, toujours honte de le regarder en face. Il ferme les yeux, un moment. Il tente de se vider l'esprit, de s'imaginer ailleurs, dans son lieu préféré.
Mais son lieu préféré, jusqu'ici, reste sa chambre, chez les Carvalo. L'angoisse de la perdre, de perdre le foyer, l'étouffe et lui entrave la gorge.
Entendre sa voix le détend soudainement. Il l'écoute, être attentif, vouloir le faire aller mieux. Il voudrait sourire, juste un peu, mais il n'y arrive pas, comme si son visage entier avait perdu tout tonus musculaire. Sa voix est grave et profonde.
Il a pas l'habitude de l'entendre, pas assez, elle a de faire, toujours un effet apaisant sur lui. Il respire.
Coco peut pas oublier ce qu'il a dit. Angelo peut pas oublier ce qu'il a dit. Le mal est fait.
Mais le simple fait de proposer une trêve, un oubli commun, calme considérablement Coco. Il reprend le contrôle de sa nuque, il regarde ses pieds. doucement, sa mâchoire revient, il la ferme, lentement, et son regarde se focalise sur un pavé au sol, précis. Il serre les poings, il va mieux, doucement, en quelques dizaines de secondes.
Il le regarde. Il a presque honte de ça, de juste, poser les yeux sur lui, alors il les baisse, au niveau de son menton, de sa nuque. Il se triture les mains et glisse, nerveux :
" Je suis... très... désolé." Les mots sont hachés, il a encore du mal à parler. Il secoue la tête de droite à gauche, amer. Il rajoute, lentement : " Je ... te dis... ça ... très souvent... " Il est si gêné, il sait à peine quoi rajouter. Il voudrait disparaitre.
Pour la première fois, la mort dans l'âme, il imagine partir. S'éloigner de Malcesine, pour arrêter de faire du mal aux Carvalo.
A Angelo.




_________________

seal me with a kiss. J'connais qu'le bruit d'la pluie, l'odeur du béton mouillé. Si j'suis parti, c'est parce que j'avais peur de rouiller.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angelo Carvalo

avatar
Messages : 361
Pseudo : --
Avatar : huisman + flamingo.
Occupation : tailleur de pierre - tenancier d'une petite chambre d'hôte, déjà occupée cependant.
Notes :

j'aimerais bien parler doucement, tout doucement, afin que tu sois obligé de venir tout près de moi, et je parlerais dans une langue qui te semblerait étrangère, ou peut-être uniquement sous forme d'images, et tu n'aurais rien à identifier, car je serais là et ça te suffirait.



MessageSujet: Re: larmes de ton corps — coco   Dim 10 Juin - 17:00

larmes de ton corps — il doit se faire à l'idée angelo. à l'idée qu'il ne pourra avoir quelconque conversation normale avec coco, que dans le fond chaque fois quelque chose ou quelqu'un viendra le foutre en l'air. en l'occurrence son corps le lâche - et il a plus envie d'en parler, ni même d'essayer de chercher les raisons ou de l'en taquiner. il perd un peu patience - un peu envie de simplement et paisiblement en tirer des conclusions vraies ou fausses. il pousse un soupir, les yeux un peu éteints, à hocher mollement la tête en entendant son italien - à nouveau peu géré, malheureux tant il se comprend dans les grandes lignes. il a du mal à se dire qu'il arrive maintenant à former des phrases plus complexes.
- arrête de t'excuser, c'est rien. peut-être un peu plus sec que voulu, il continue de tirer sur sa clope, l'enchaîne assez rapidement pour n'en avoir que le mégot en fin de course qu'il écrase sous sa chaussure. il ose à peine le regarder - à peine faire face à coco qui à la moindre complication s'effondre en un tas de cartes balayé par le vent. dépité, par la tournure aussi pittoresque que singulière - quasi vaudeville. j'sais pas ce que tu comptes faire. mais j'vais rentrer, ça vaut mieux.
son visage s'adoucit un peu, l'ombre d'un sourire vient s'éclater sur sa bouche, comme incapable de trop lui en vouloir - ou trop longtemps du moins.
- arrête de dramatiser, vraiment.
il attrape son sachet, sa main libre se fourre dans la poche de son jean, il le dévisage un peu - plus par habitude que par raison louable.
- i don't want you to have an heart attack every time i talk to you seriously.
ce serait comme le pointer du doigt, le regarder de bas, crier au géant qui défait les forêts et les montagnes, l'affreux qui à chaque fois qu'il parle, fait courir les mômes chez leurs mères. lui qui pourtant n'a frappé qu'une fois dans sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: larmes de ton corps — coco   

Revenir en haut Aller en bas
 
larmes de ton corps — coco
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lidia Faith Columbus - J'suis le genre de personne qui va s'enfermer dans la salle de bain, qui va pleurer toutes les larmes de son corps, et en ressortir comme si rien n'était.
» Pleurer toutes les larmes de son corps.
» l'étrange couleur des larmes de ton corps.
» [F/RÉSERVÉE] NATALIE PORTMAN - l'étrange couleur des larmes de ton corps.
» TEMOIGNAGE D'UN BEAU-CORPS DEVENU ADVENTISTE !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
TESOROS :: Finale :: Archivi :: SUJETS FINIS-
Sauter vers: